ADVERTISING-CANNESLIONS/CONFERENCE

Les nouveaux changements apportés par Facebook et Twitter à leurs conditions de service ne sont toujours pas conformes aux exigences de l’Union Européenne en matière de protection des consommateurs, a déclaré la Commission européenne. Plus précisément, les réseaux sociaux n’ont pas correctement expliqué aux utilisateurs pourquoi le contenu est supprimé et qu’ils ont le droit de mettre fin à leurs comptes. En plus de cela, les entreprises ne disent toujours pas à quelle vitesse elles vont répondre aux demandes des autorités de supprimer du contenu préjudiciable.

Facebook et Tweeter

La commission a noté que les dernières modifications de Google sur Google+ sont désormais conformes à ses exigences. Cependant, il est déconcerté que Facebook et surtout Twitter ne se soient pas encore entièrement conformés, malgré quelques mesures positives. « Je suis heureux que l’application des règles européennes de protection des consommateurs par les autorités nationales porte ses fruits, certaines entreprises rendant maintenant leurs plates-formes plus sûres pour les consommateurs », a déclaré Vera Jourová, commissaire européenne à la justice, aux consommateurs et à l’égalité des genres. « Cependant, il est inacceptable que ce ne soit pas encore complété et que cela prenne autant de temps. »

Je suis heureux que l’application des règles de l’UE visant à protéger les consommateurs par les autorités nationales porte ses fruits, cependant, il est inacceptable que ce ne soit pas encore complété et que cela prenne beaucoup de temps.

Du côté positif de la comptabilité, le mois dernier, l’UE a félicité les réseaux sociaux d’avoir supprimé les discours de haine plus rapidement. Il a également informé correctement les consommateurs qu’ils peuvent traduire en justice Facebook, Twitter et autres sites dans l’UE, et non en Californie. Ce sont des questions cruciales, mais une autre question urgente est le grand nombre d’escroqueries – et Facebook et Twitter montrent toujours pas leurs responsabilités, a déclaré l’UE.

Facebook doit clarifier la façon dont les utilisateurs peuvent faire appel aux suppressions de contenu. Twitter, quant à lui, doit se débarrasser des termes qui disent qu’il a un pouvoir discrétionnaire illimité pour supprimer des messages et rappeler aux gens qu’ils peuvent annuler des comptes s’ils n’aiment pas les changements aux termes et conditions. Les deux sociétés doivent mieux informer les autorités de protection des consommateurs quant à la rapidité avec laquelle elles supprimeront le contenu illégal. Par exemple, en 2016, tous les grands réseaux sociaux ont accepté de supprimer les discours de haine dans les 24 heures.

Facebook a déclaré à Reuters que « nous avons depuis longtemps des outils en place pour informer les gens sur les suppressions de contenu et avons l’intention d’étendre ces outils plus tard cette année. » La Commission de l’UE et les autorités nationales surveilleront les changements et si ces entreprises ne se conforment pas, elles peuvent faire face à d’importantes sanctions.

[via engadget]