robot_révolutionnaires_2018

Nous sommes constamment émerveillés par l’ingéniosité des roboticiens du monde entier. Mais quand il s’agit de résoudre des problèmes complexes dans le monde réel, les meilleurs constructeurs de robots d’aujourd’hui s’inspirent souvent du monde naturel pour leur donner l’inspiration dont ils ont besoin.

Cette approche inspirée par la nature de la résolution de problèmes et de la conception de robots, est appelée «biomimétisme», et il en résulte des robots incroyablement impressionnants, capables d’accomplir des exploits étonnants. Voici neuf robots les plus surprenants.

1. Le robot autruche

Les autruches sont assez impressionnantes. Ce mécanisme robot inspiré de l’autruche créé par des chercheurs de l’Institut pour la cognition humaine et mécanique de la Floride, se rapproche de cet animal, grâce à son mécanisme de fonctionnement minimaliste.

Basé sur le type de mécanisme d’entraînement elliptique que vous trouverez dans pratiquement tous les gymnases, le robot d’autruche de l’équipe remplace les capteurs et un ordinateur en faveur d’un design auto-équilibrant qui nécessite seulement le moteur d’un autoradio RC. En utilisant cela, il peut fonctionner sur un tapis roulant à 40 kph – et même ralentir ou accélérer selon les besoins.

Cette innovation pourrait aider à créer des robots sprinteurs à deux ou quatre pattes qui seraient capables de faire face à une variété d’obstacles. « De grandes parties de la surface terrestre de la planète ne sont pas accessibles aux véhicules à roues ou à chenilles », a déclaré le chercheur Johnny Godowski. « Ce travail consiste à ouvrir de nouvelles possibilités permettant au final de visiter des lieux inaccessibles sur la planète. »

2. Le robot faucon

Les Robobirds de Clear Flight Solutions sont des robots inspirés par le faucon et conçus pour ressembler le plus possible à la réalité, dans le but d’avoir des oiseaux de proie robotiques autour des aéroports, pour empêcher les oiseaux réels de s’égarer dans les trajectoires des avions.

« Les Robobirds sont des oiseaux de proie robotiques qui volent comme de véritables oiseaux, en agitant leurs ailes », a déclaré Wessel Straatman, ingénieur Clear flight Solutions. « En imitant les véritables oiseaux, ils sont identiques aux véritables oiseaux de proie. Les oiseaux réagissent instinctivement à la présence d’oiseaux de proie, ce qui permet de les effrayer et de limiter les problèmes sur le parcours des avions dans les aéroports.

De plus, cela permet de protéger les passagers qui se trouvent dans ces avions, car s’ils les percutent, les avions peuvent s’écraser. De cette façon, nos oiseaux robots permettent de limiter les tragédies aériennes. »

3. Le robot grimpeur

Des chercheurs de l’Institut de technologie de Géorgie se sont inspirés du mouvement des paresseux qui se promènent dans les arbres, pour créer un robot agricole éco-énergétique permettant de rester accroché à des fils élevés pour surveiller les cultures agricoles.

«Il n’y avait pas de solution facile à ce problème de surveillance, car les robots à roues risquaient de rester bloqués et les robots volants ne durent généralement que quelques dizaines de minutes», a déclaré Jonathan Rogers, professeur en génie mécanique. « Nous avons donc développé ce robot grimpeur, qui peut traverser les fils élevés au-dessus des rangées de plantes dans les cultures. Plusieurs de ces cultures agricoles ont déjà un certain type de fil élevé, ou ils peuvent être facilement installés. Notre robot peut se balancer le long d’un fil, ou entre des fils, ce qui lui permet de surveiller un champ entier en utilisant des capteurs installés entre les bras. »

4. Le robot raie manta

Le «MantaDroid» de l’Université nationale de Singapour ressemble à une raie manta avec une envergure de 63,4 cm et une longueur de corps de 35 cm. Il est capable de nager à une vitesse de 5 kilomètres par heure. Sa caractéristique la plus unique est son mécanisme à ailettes flexibles, qui utilise un seul actionneur par nageoire pectorale pour le laisser interagir naturellement avec la dynamique des fluides de l’eau.

« Nous considérons le MantaDroid comme une machine de prospection sous-marine à long terme, qui pourrait être utile aux industries maritimes, aux agences environnementales et aux organisations de recherche et de sauvetage », a déclaré le professeur Chew Chee-Meng. « Par exemple, il peut être utilisé pour des tâches d’inspection sous-marine, ainsi que pour la collecte de données hydrographiques. Grâce à l’intelligence artificielle dont il est doté, plusieurs MantaDroids pourraient également être déployés pour effectuer simultanément des opérations de recherche, telles que la recherche de plongeurs perdus ou d’objets engloutis dans la mer. »

5. Le robot pieuvre

En parlant de robots sous-marins, que diriez-vous de cet effort de l’école de Sant’Anna d’études supérieures en Italie, qui ressemble à une pieuvre. Ce robot est fait d’un corps mou et sans parties rigides. Il a été testé avec succès en mer Méditerranée, où il a montré sa locomotion innovante – en aspirant le liquide et en l’expulsant à l’autre bout de son corps, ou en utilisant ses huit pattes pour marcher sur le fond de la mer.

6. Le robot serpent

The Guardian S, un robot serpent imperméable créé par la société de robotique basée dans l’Utah Sarcos, est capable de se déplacer sur pratiquement n’importe quel type de terrain, de ramper à travers de minces tuyaux, et même de monter des escaliers ou sur certains murs, grâce à son corps magnétisé. Lors de ses déplacements, le robot serpent rassemble des données provenant de divers capteurs, notamment des détecteurs infrarouges, de radiation, de gaz et de vibrations, d’un accéléromètre, d’une cartographie 3D et d’une caméra vidéo. Ce robot serpent a pour objectif de réparer les infrastructures sous-marines et de les surveiller lors de tempêtes, notamment lorsqu’il y a des typhons ou des ouragans.

7. Le robot gecko

Le biomimétisme ne signifie pas nécessairement de construire un robot qui ressemble exactement à un être vivant. En fait, certains des exemples les plus intrigants ne présentent aucune ressemblance avec la créature qui les a inspirés.

C’est le cas avec ce robot, qui peut être utilisé pour le nettoyage de l’espace. Il a été conçu par l’Université de Stanford et par la Jet Propulsion Laboratory de la NASA qui ont calqué le comportement du gecko. Avec près de 500 000 débris spatiaux en orbite autour de la Terre, le but de ce robot est de saisir de gros objets pour nettoyer l’espace. Il peut soulever des objets pesant jusqu’à 370 kg.

Puisque les geckos, parviennent à se coller à diverses surfaces, en utilisant de minuscules poils sous leurs pieds, ce robot pourrait saisir facilement de gros objets dans l’espace et les ramener sur terre ou les expulser de l’orbite terrestre, afin qu’ils n’entrent pas en collision avec des satellites de télécommunications ou d’observations de l’espace.

8. Le robot escaladeur

On entend souvent dire que lorsque l’apocalypse arrivera, il n’y a que les cafards et d’autres insectes qui survivront. Le robot HAMR de l’Université de Harvard est conçu pour pour escalader ou courir le long des plafonds et même pénétrer dans d’étroites crevasses. Il peut atteindre la vitesse record d’environ 370 kph.

9. Le robot BigDog

Le robot BigDog peut courir à des vitesses impressionnantes et peut être utiles pour le transport des marchandises lourdes, ou pour transporter du ravitaillement militaire dans des zones de combat, où il serait périlleux pour des soldats de transporter du matériel comme des fusils d’assaut, ou d’autres marchandises militaires.

[via Digital Trends]