planete_x_2018

Le système solaire semble avoir une neuvième planète. Le 20 janvier 2018, deux scientifiques ont annoncé qu’un corps presque de la taille de Neptune – mais encore invisible – orbitait autour du soleil tous les 15 000 ans. Au tout début de notre système solaire, il y a 4,5 milliards d’années, cette planète géante se trouvait plus près du Soleil, mais au fil des millénaires, ralentie par les gaz qui la composent, la planète s’est installée dans une orbite elliptique lointaine, où elle se cache encore aujourd’hui.

Cette quête a été minée par des revendications farfelues et même carrément charlatanisme, mais de nouvelles preuves viennent d’un couple de scientifiques planétaires respectés, Konstantin Batygin et Mike Brown de l’Institut californien de technologie (Caltech) à Pasadena, qui se préparait à l’inévitable scepticisme avec des analyses détaillées des orbites d’autres objets lointains et des mois de simulations par ordinateur. « Si vous dites: » Nous avons des preuves que la planète X existe », presque tous les astronomes diront: » Encore une fois ? Ces gars sont clairement fous.» Moi aussi, dit Brown. « Mais cette fois c’est différent. Pourquoi ? Parce que cette fois nous avons raison. »

Batygin et Brown ont déduit sa présence d’un groupement particulier de six objets précédemment connus qui sont en orbite au-delà de Neptune. Ils disent qu’il y a seulement 0,007% de chance, ou environ une sur 15 000, que ce regroupement pourrait être une coïncidence. Au lieu de cela, disent-ils, une planète avec la masse de 10 Terres a guidé les six objets dans leurs orbites elliptiques hors du plan du système solaire.

L’orbite de la planète inférée est également inclinée, ainsi que tendue à des distances qui pourraient rendre caduques les conceptions antérieures du système solaire. Lorsqu’elle se rapproche le plus près du Soleil, elle est sept fois plus loin que Neptune, ou 200 unités astronomiques (UA). (Une AU est la distance entre la Terre et le soleil, soit environ 150 millions de kilomètres.) Et la planète X peut aller jusqu’à 600 à 1200 UA, bien au-delà de la ceinture de Kuiper; cette région des mondes glacés qui commence au bord de Neptune.

Si la planète X est là, disent Brown et Batygin, les astronomes devraient trouver plus d’objets dans des orbites telltales (révélatrices), façonnées par l’attraction du géant caché. Mais Brown sait que personne ne croira vraiment à sa découverte avant que la planète X apparaisse dans le viseur d’un télescope. « Jusqu’à ce qu’il y ait une détection directe, c’est une hypothèse, voire une très bonne hypothèse », dit-il. L’équipe utilisera le seul grand télescope à Hawaii qui convient à cette recherche, et ils espèrent que d’autres astronomes se joindront eux.

Ce n’est pas la première fois que des astronomes recherchent cette fameuse planète cachée. EN 1906, Percival Lowell, un riche magnat, commença à chercher ce qu’il appelait la «Planète X» dans son nouvel observatoire à Flagstaff en Arizona. En 1930, Pluton est arrivé, mais elle était trop petite pour influence la trajectoire d’Uranus. Plus d’un demi-siècle plus tard, de nouveaux calculs basés sur des mesures effectuées par le vaisseau spatial Voyager ont révélé que les orbites d’Uranus et de Neptune étaient parfaites: aucune planète X n’était nécessaire.

Planetx_Timeline_

Pourtant, l’attrait de la planète X a persisté. Dans les années 1980, par exemple, des chercheurs ont proposé qu’une étoile naine brune invisible pourrait provoquer des extinctions périodiques sur Terre en déclenchant des fusillades de comètes. Dans les années 1990, les scientifiques ont invoqué une planète de la taille de Jupiter au bord du système solaire pour expliquer l’origine de certaines comètes excentriques. Le mois dernier, des chercheurs ont affirmé avoir détecté la faible lueur des micro-ondes d’une planète rocheuse surdimensionnée à quelque 300 UA, en utilisant une série de télescopes au Chili appelée Atacama Large Millimeter Array (ALMA).

En résumé, si cette fameuse planète X est réelle et est bien présente dans notre système solaire, nous devrions le savoir très bientôt. Plusieurs scientifiques ne demandent qu’à obtenir de solides preuves avant de conclure à sa présence, et ces deux astronomes, respectés dans la communauté scientifique, semblent déterminés à les leur offrir dans les mois ou années à venir.

[via Science]