robot_fleur_pollen_2018

Le robot-fleur a été inspiré par les systèmes de pollinisation biotique de la nature. Il est conçu pour attirer les abeilles afin qu’elles pollinisent les véritables fleurs, s’intégrant dans le cycle reproducteur de la flore naturelle. Ce petit robot est activé en utilisant un ensemble de servomoteurs et d’actionneurs. Ceux-ci distribuent le pollen et le nectar synthétique, qui est ensuite extrudé vers un réservoir au centre de chaque fleur, puis les étamines mécaniques articulées se rétractent pour conserver le pollen, avant de revenir à leur position initiale.

L’eau sucrée est également utilisée comme substitut au nectar pour encourager les abeilles à visiter les fleurs. Le tout est filmé avec une caméra Web, pour que le cultivateur puisse voir si tout fonctionne parfaitement. Voici la photo d’un robot-fleur.

robot_fleur_2018

« Les abeilles sont une partie vitale de notre écosystème », a déclaré Michael Candy, le créateur du projet. « Je pense que tout le monde a besoin de prendre le temps de faire la connaissance de ces travailleurs qui gardent nos plantes et nos cultures pollinisées. Le pollinisateur synthétique est une oeuvre d’art proposant un futur où la technologie et la nature peuvent s’épanouir ensemble. »

Le problème n’était pas sans défis, cependant « Il a fallu beaucoup de temps pour réussir à amadouer les abeilles à l’atterrissage sur le pollinisateur. », a déclaré Candy. « Beaucoup d’ajouts ont été « prototypés » et ont échoué avant de réussir à créer celui qui fonctionne. Il y a des millions de fleurs à choisir, alors les abeilles doivent choisir lesquelles visiter afin que notre concept fonctionne. »

En fin de compte, c’est plus un projet de robotique conceptuel qu’une solution réelle aux problèmes. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne pourrait pas avoir des applications dans le monde réel.

«Lors de ma collaboration avec le groupe d’écologistes des ressources de l’Université de Wageningen, ce projet cherchait des moyens de permettre aux scientifiques de l’utiliser sur le terrain», a déclaré Candy. « Le concept initial était de créer un outil pour suivre les abeilles à travers un réseau de fleurs. Avec cette idée, nous espérions construire une fleur synthétique qui pourrait fixer le pollen sur le dos des abeilles et de les photographier. De cette façon, nous saurions quelles abeilles auraient visitées quelles zones et quand cela s’était produit. C’est au final une technique utile et non invasive pour recueillir des données quantitatives. »


space
Avec le déclin des populations d’abeilles causé par les pesticides, et leur impact sur l’écosystème, ce projet ne pouvait pas arriver à un meilleur moment. « Comme une œuvre d’art, il permet de se poser des questions et obtenir des réponses », a déclaré Candy. « Dans ce contexte, cela prouve que la technologie et la nature peuvent vivre en harmonie. »

crédit photo : George Hiles / Sarah Werkmeister