laser_voiture_autonome_2018

Selon de nombreux témoignages, il se peut que vous soyez plus en sécurité dans une voiture guidée par l’intelligence artificielle que dans une voiture conduite par un humain. Mais les voitures sans conducteur ne sont pas parfaites, et elles ne peuvent pas faire de bonnes évaluations sur des choses qu’elles ne peuvent pas voir. Imaginez à quel point elles pourraient être meilleures si elles pouvaient voir dans les coins, comme repérer un enfant qui court dans la rue et qui est caché par un édifice.

Un système de détection par laser

Heureusement, vous ne devrez peut-être pas attendre trop longtemps, parce que des chercheurs de l’Université de Stanford ont créé une nouvelle technologie d’imagerie pour identifier les objets qui sont hors de vue depuis un véhicule.

«Nous avons développé une technique d’imagerie pour voir les objets cachés à la vue en traitant les murs comme des miroirs diffus», explique Matthew O’Toole, stagiaire postdoctoral en imagerie computationnelle à l’Université Stanford. « Notre système partage de nombreuses similitudes avec Lidar, une technologie utilisée par les voitures autonomes pour détecter la forme 3D des piétons et des voitures sur la route. Comme Lidar, nous estimons la forme en envoyant des impulsions de lumière dans un environnement et en mesurant le temps nécessaire pour que la lumière retourne à un capteur. Contrairement à Lidar, nous capturons également la lumière qui se disperse sur un mur visible et interagit avec des objets cachés à la vue. Notre algorithme utilise cette information pour déduire la forme 3D des objets cachés.  »

En plus des voitures sans conducteur, David Lindell, un autre chercheur sur le projet, nous a expliqué qu’une caméra permettant de voir dans les coins pourrait être utile lors d’un sauvetage, en imagerie médicale et pour la surveillance d’installations comme des usines qui fabriquent divers composants.

« Pour rendre l’imagerie dans les coins viables pour des scénarios réels, nous devons encore raccourcir au temps d’acquisition de notre procédure », a poursuivi O’Toole. « Notre prototype actuel prend plusieurs minutes pour collecter suffisamment de photons pour reconstruire des images d’objets cachés. Avec un meilleur matériel tel qu’un laser plus lumineux, nous pensons que cela peut être fait en quelques fractions de seconde. »

L’Université de Stanford n’est pas la seule institution de haut niveau à travailler sur ce problème. Des chercheurs du laboratoire d’informatique et d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (CSAIL) ont également consacré beaucoup de temps et d’efforts à résoudre le même problème.

Cependant, leur approche consiste à analyser la façon dont la lumière se reflète sur le sol pour prédire ce qui se cache dans un coin. Bien qu’aucune des solutions n’existe encore dans les véhicules autonomes du monde réel, cela ne peut être qu’une question de temps avant que cela ne change.

[via Nature]