étude_sourire_faible_estime_de_soi_2018

Tous les sourires ne sont pas égaux. En fait, les scientifiques ont découvert trois types de sourires: des sourires gratifiants, qui indiquent des encouragements; les sourires d’affiliation, qui indiquent la fiabilité; et les sourires dominants, qui indiquent la supériorité. La personne moyenne peut les distinguer facilement, à en juger par la forme et la taille du sourire et la forme des yeux.

Curieux de voir comment les gens réagiraient inconsciemment à ces trois différents sourires, les chercheurs ont demandé à 90 hommes de prononcer un bref discours devant une caméra vidéo. Immédiatement après, ils ont regardé une vidéo d’un juge masculin réagissant à leur discours, soi-disant enregistré (elle était préenregistrée) pendant que leur discours était prononcé.

Les juges ont identifié l’un des trois types de sourires. Les niveaux de l’hormone du stress appelé cortisol ont augmenté dans les trois cas, mais a augmenté environ trois fois plus chez les participants qui ont vu les sourires dominants, rapporte l’équipe de chercheurs. Cela signifie que le cerveau humain est « programmé » pour réagir aux expressions faciales, même sans indications vocales – un sourire dominant suggère une menace potentielle, donc le niveau de stress augmente.

Mais les participants avec de plus petites variations dans leurs fréquences cardiaques et associées au trouble d’anxiété sociale ou à la dépression, entre autres conditions – ont répondu moins dramatiquement aux sourires dominants. Cela peut signifier, écrivent les scientifiques, que les personnes atteintes de ces maladies réagissent moins fortement aux signaux sociaux comme les sourires. Cela suggère qu’il y aurait un lien entre l’estime de soi et la réaction des gens.

Estime de soi

En effet, il a été démontré que les gens ayant une faible estime de soi, sont plus prompts à afficher un sourire – et un regard – dominants, car pour eux, c’est une façon inconsciente de se valoriser. Des chercheurs ont dans une série d’expériences, examiné les sentiments des gens à propos de Facebook et de Starbucks – qui est une chaîne de cafés américaine. Les gens ont été testés pour leur estime de soi. Ils ont été interrogés sur Starbucks, puis encouragés à réfléchir sur eux-mêmes, ce qui tend à rendre les gens à répondent plus fortement aux attaques perçues. Après cela, ils ont lu un éditorial critiquant l’entreprise, et ont été invités à évaluer à nouveau cette entreprise :

« Si vous croyez qu’une marque fait partie de vous et que vous lisez quelque chose de négatif, comment allez-vous réagir? » Lee demande. « Est-ce que vous allez arrêter de l’utiliser ou l’utilisez-vous encore plus ? » Après avoir analysé les chiffres, Lee et ses collègues ont découvert que les sujets conscients et peu respectueux d’eux-mêmes qui disaient préférer Starbucks ont d’abord évalué la compagnie de café plus favorablement après avoir lu l’éditorial qui la critiquait.

Les auteurs ont essayé différentes méthodologies et une entreprise différente que Facebook ou Starbucks, et ont découvert les mêmes résultats. Ces résultats sont fascinants; si les gens intègrent quelque chose d’aussi intangible qu’une marque dans leur façon de penser, il faut qu’une marque et une relation très fortes pour aller aussi loin. Certaines marques sont si bien connues qu’une mauvaise journée ou une critique négative peut produire ce genre de réaction. Cela prouve que les participants à cette étude, étaient pour la plupart des personnes ayant une faible estime d’eux-mêmes, et que via les marques, ils se donnaient de l’importance ou se croyaient supérieurs.

C’est le cas par exemple des fanboys; si vous critiquez leur marque ou entreprise, ils deviendront subitement en colère et tenteront de défendre leurs préférences. Mais cela devra faire l’objet d’une prochaine étude, car les fanboys, est un phénomène de société qui n’a pas encore été parfaitement élucidé.

[via Science I Business Insider]