purification_air_chine_cheminée_3_2018

La Chine est confrontée à un problème de pollution assez grave, dans certaines parties du pays où le smog est très présent, il peut décolorer les bâtiments et même réduire l’intensité du soleil. Selon certaines estimations, des niveaux élevés de pollution de l’air dans les villes de la Chine causeraient jusqu’à 350 000 à 400 000 décès à chaque année.

Mais un nouveau projet à Xi’an, l’une des villes les plus gravement polluées de ce pays, permettra de réduire la pollution grâce à une énorme cheminée de 60 mètres. Mais contrairement à la plupart des cheminées, celle-ci n’ajoute pas de pollution dans l’air, mais agis plus tôt comme un système de purification, filtrant les particules nocives et soufflant de l’air pur dans le ciel.

Cette cheminée est conçue pour éliminer les particules appelées « PM2.5« , se référant aux particules ayant une masse ultra-fine de moins de 2,5 micromètres. Ce type de particules est connues pour être très dangereux pour les individus et peut augmenter le risque de mortalité, en particulier les maladies cardiovasculaires.

«Le système de nettoyage à grande échelle assisté par l’énergie solaire (SALSCS) consiste en une maison verte circulaire ou rectangulaire avec des panneaux de verre qui s’élèvent progressivement vers la tour centrale», a déclaré le professeur David Y.H. Pui, l’un des chercheurs sur le projet. «Le chauffage solaire réchauffe l’air ambiant pollué aspiré sous les panneaux et l’air chaud monte vers la tour centrale en raison de son effet de flottabilité. Un banc de filtres est placé autour de l’entrée de la tour pour éliminer les polluants « PM2.5 », de sorte que seul l’air pur émerge du sommet de la tour.

En plaçant le système SALSCS près d’une grande ville, il va aspirer l’air pollué dans le système SALSCS et retourner l’air pur dans la ville pour réduire la concentration de « PM2.5 ». Les panneaux de verre SALSCS sont recouverts de nanoparticules pour éliminer les oxydes d’azote et d’autres polluants. Bien que les résultats n’aient pas encore été publiés, le projet de 1,6 million d’euros aurait donné des résultats positifs, a indiqué le groupe de recherche du projet. De plus, elle a constaté une diminution de 19% des concentrations de « PM2.5 » sur une zone de 10 kilomètres carrés autour du SALSCS de Xi’an, par rapport à d’autres parties de la ville. Le professeur David Y.H Pui nous explique :

Il a fallu plusieurs décennies à Los Angeles pour atteindre les niveaux de pollution actuels en Chine en contrôlant les polluants à leurs sources, il est probable que la Chine pourra y parvenir dans un délai beaucoup plus court en raison des nouvelles technologies disponibles et du durcissement des normes d’émission de particules. Dans un délai de 10 à 15 ans, la Chine pourra bénéficier du déploiement de la technologie SALSCS pour le nettoyage à grande échelle de la pollution de l’air des grandes villes.

En outre, Pui a déclaré que l’équipe espère construire un SALSCS beaucoup plus grand à Xi’an, mesurant 300 mètres, qui s’étendra à d’autres parties de la Chine.

[via Digital Trends]