robot_intelligent_2018

Les assistants virtuels et les appareils destinés à la domotique, ne sont pas très intelligents. C’est parce qu’ils s’appuient sur des situations spécifiques qu’ils ont déjà rencontrées ou programmées par les fabricants, plutôt que d’utiliser des connaissances plus larges pour répondre à des questions. Cependant, des chercheurs de l’Allen Institute for IA (Ai2) ont mis au point un nouveau test; l’ARC Reasoning Challenge (ARC), qui permet de tester une intelligence artificielle sur sa capacité à comprendre notre monde et les diverses situations que les humains peuvent rencontrer à chaque jour.

Le sens commun

Les humains utilisent le bon sens pour combler les lacunes dans les situations qu’ils ne connaissent pas très bien, fournissant ainsi des réponses intelligentes pour ces situations qu’ils ne connaissent pas ou très peu. Peter Clark, le chercheur principal sur l’ARC, a expliqué : « Les machines n’ont pas de sens commun, et ne voient que ce qui est écrit explicitement, et donc elles ne comprennent pas les hypothèses qui sous-tendent un texte. »

Ce test pose des questions à choix multiples basé sur des connaissances générales. Par exemple, une question ARC est: « Quel élément ci-dessous n’est pas fabriqué à partir d’un matériau cultivé dans la nature ? » Les réponses que ces machines sans intelligence ont données étaient; une chemise en coton, une chaise en bois, une cuillère en plastique et un panier en herbe.

Une telle question est facile pour quiconque sait que le plastique n’est pas un matériau qui grandit dans la nature. La réponse puise dans « une image de bon sens » du monde que même les jeunes enfants possèdent.

Faire évoluer l’IA

Si l’apprentissage automatique peut réussir le défi de l’ARC Reasoning Challenge, cela signifierait que le système comprend le sens commun, que ne possède pas actuellement l’IA. Ce serait un grand pas en avant, qui conduirait à une intelligence artificielle plus intelligente, et permettrait par exemple à des systèmes de prise de contrôle de certaines industries fortement robotisées, mais dont le travail n’est pas intelligent, uniquement programmé, d’être plus efficace ou plus intelligent.

Car que nous l’acception ou non, l’avenir sera celui des robots, et ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils deviennent aussi intelligents que les humains, et ce test permettra de faire évoluer plus rapidement l’IA en trouvant des failles dans leur conception, lesquelles pourront être plus facilement corrigés ou modifiées.

source : MIT Technology Review