abeille_pelouse_2018

Nous vivons dans un monde où les pelouses doivent être parfaites, sans ce que certains appellent de la mauvaise herbe. Pourtant une pelouse sans une variété d’herbes est beaucoup plus susceptible d’être un lieu où les abeilles et autres pollinisateurs n’iront pas, car cette « mauvaise herbe » est cruciale à la croissance de plantes qui fleuriront.

Écosystème

En tant que pollinisateurs prolifiques, les abeilles sont cruciales pour un écosystème sain. Mais leur nombre diminue dans le monde en raison de l’agriculture, du développement urbain et des herbicides. Toutefois, les chercheurs ont découvert que les gens qui tondent leurs pelouses une fois toutes les deux semaines ont plus d’abeilles que les gens qui tondent leurs pelouses chaque semaine.

Pour déterminer quelles pelouses ont donné lieu à un «pic d’abeilles», les chercheurs ont recruté 16 propriétaires de banlieue à Springfield, au Massachusetts. Les chercheurs ont fauché leurs pelouses chaque semaine – ou une fois toutes les 2 ou 3 semaines pendant deux étés.

Les chercheurs ont utilisé des filets à insectes et des gobelets en plastique, remplis d’eau savonneuse et les ont placés près des fleurs de la pelouse, pour piéger les abeilles. L’équipe a également recueilli des données sur le nombre et les types de fleurs des gazons qui ont poussé entre les jours de tonte.

Plus d’abeilles

Les pelouses coupées toutes les deux semaines avaient 30% plus d’abeilles que les autres pelouses, rapporte l’équipe ce mois-ci dans Biological Conservation. Les pelouses de deux semaines avaient plus de fleurs que les pelouses d’une semaine, ce qui explique le nombre plus élevé d’abeilles.

Mais les chercheurs soupçonnent que les pelouses de trois semaines, qui avaient encore plus de fleurs, étaient moins attrayantes, parce que l’herbe étant longue aurait rendu l’accessibilité aux fleurs plus difficiles pour les abeilles.

Au total, les chercheurs ont dénombré 93 espèces d’abeilles, représentant environ un quart de toutes les espèces d’abeilles du Massachusetts. Les chercheurs affirment que cela démontre que les environnements urbains, s’ils sont gérés correctement, peuvent fournir un habitat convenable pour une grande diversité de pollinisateurs, notamment les abeilles.

Donc lors du prochain été, soyez un peu plus paresseux et cesser dépendre des herbicides. De cette façon vous protégerez les pollinisateurs qui sont essentiels à un écosystème complexe.

[via Science]