piz_daint_supercalculateur_2018

Cette année le Japon déploiera un Cray XC50 qui sera le supercalculateur le plus puissant du monde dans le domaine de la recherche avancée sur la fusion nucléaire. Il sera installé à l’Institut national de la science quantique et radiologique (QST). Ce gigantesque projet multinational sur la fusion sera opérationnel vers 2035.

Ce système de QST, qui n’a pas encore été nommé, ne sera même pas le meilleur système Cray XC50, cet honneur revient au « Piz Daint » du Centre national suisse de calcul scientifique. À la fin de 2016, la performance informatique du Piz Daint a été triplée pour atteindre 25 pétaflops; il est ainsi devenu le troisième supercalculateur le plus puissant au monde, après le Sunway TaihuLight et Tianhe-2. Mais comme il est mentionné, il sera le supercalculateur de recherche sur la fusion nucléaire le plus rapide au monde.

Dédié à la recherche sur les plasmas

Plus de 1 000 chercheurs européens et japonais auront accès au système, optimisé pour les calculs de la physique des plasmas et de l’énergie de la fusion. « La rapidité et l’environnement logiciel intégré du Cray XC50 amélioreront l’infrastructure de QST et permettront aux chercheurs d’accélérer le processus de découvertes », a déclaré Mamoru Nakano de Cray Japan.

XC50_japon_2018

Ce supercalculateur est encore loin de livrer la marchandise, mais il pourrait donner lieu à une percée, qui ouvrirait la voie aux réacteurs de fusion commerciaux. Bien qu’il ne sera pas complètement terminé avant 2035, les scientifiques espèrent commencer à faire des expériences d’ici 2025. Une fois que les réacteurs de fusion commerciaux seront opérationnels, ils pourront fournir à l’humanité une énergie illimitée pendant potentiellement des millions d’années.

Le MIT

Récemment, le MIT a annoncé qu’il travaillerait sur son propre projet de fusion, dans le but de mettre en service un réacteur de 200 mégawatts d’ici 2033. Il prévoit d’utiliser des matériaux supraconducteurs nouvellement disponibles et une technologie capable de créer des champs magnétiques quatre fois plus puissants que ceux utilisés en ce moment. De tels champs magnétiques aussi puissants sont nécessaires pour maintenir les réactions de la fusion nucléaire contenues dans un endroit dédié, parois nommé confinement électrostatique inertiel.

Car la puissance de fusion est une forme de production d’énergie dans laquelle l’énergie est générée en utilisant des réactions de fusion pour produire de la chaleur, laquelle produira au final de l’électricité. Les réactions fusionnent deux noyaux atomiques plus légers pour former un noyau plus lourd, libérant de l’énergie. Les dispositifs conçus pour exploiter cette énergie sont connus sous le nom de réacteurs de fusion, et pour parvenir à gérer et comprendre cette réaction, un supercalculateur devient nécessaire.

photo d’ouverture : Piz Daint en Suisse

Source: Cray