graphène_2018

Dans son livre Guns, Germs and Steel, Jared Diamond affirmait que les civilisations qui s’étendent et conquièrent les autres, le font en raison d’avantages géographiques. L’accès à certaines plantes et à certains minéraux, à certains climats particuliers, ou à la faune régionale. En résumé, une civilisation serait forte, grâce aux ressources auxquelles elle aurait accès, et non à la culture ou à la constitution génétique de son peuple.

Bien que le livre de Diamond ait fait l’objet d’un grand scepticisme, son hypothèse reste intéressante. Les ressources semblent souvent coïncider avec des sauts historiques. Le bronze et le fer étaient si essentiels que nous les avons nommés par leurs noms respectifs pour marquer l’histoire des civilisations. Avec l’essor de l’industrie sidérurgique, les semi-conducteurs en silicium ont permis la croissance des ordinateurs. Ces matériaux ont façonné le développement de la société et ont aidé à déterminer quels pays domineraient notre monde.

Aujourd’hui, un nouveau matériau a le potentiel de changer l’avenir. Surnommé le «super matériau», le graphène attire des chercheurs du monde entier, qui se bousculent pour mieux le comprendre. Pour certains il serait presque magique, car il pourrait avoir des implications très réelles pour l’avenir de la physique et de l’ingénierie.

Pourquoi le graphène suscite autant de réactions ?

Le graphène est un matériau bidimensionnel cristallin composé d’atomes de carbone arrangés selon un motif hexagonal. Il est 200 fois plus résistant que le métal, 1 million de fois plus mince qu’un cheveu humain, Il pourrait également être utilisé pour le stockage d’énergie, produire des téléphones mobiles flexibles, des avions plus légers, et plusieurs autres applications. Ces technologies du futures pourraient se réaliser dans notre présent.

Par exemple, en raison de sa conductivité élevée, le graphène pourrait être utilisé dans les semi-conducteurs pour augmenter considérablement la vitesse à laquelle l’information voyage. Récemment, le ministère de l’Énergie a effectué des tests qui ont démontré que les polymères semi-conducteurs conduisent l’électricité beaucoup plus rapidement lorsqu’ils sont placés sur une couche de graphène plutôt que sur une couche de silicium. Ce n’est que le début. Ce ne sont que les premiers pas. Le potentiel du graphène n’est limité que par l’imagination.

L’avenir de la recherche sur le graphène

Compte tenu de la liste apparemment infinie du graphène, on s’attendrait à le voir partout. Pourquoi, alors, n’est-il pas largement adopté ? Comme avec la plupart des nouveautés, cela revient à l’argent. Le graphène est encore extrêmement coûteux à produire en grande quantité, ce qui limite son utilisation pour une production de masse. De plus, lorsque de grandes feuilles de graphène sont produites, il existe un risque accru de minuscules fissures et d’autres défauts apparaissant dans le matériau. Peu importe à quel point une découverte scientifique peut être incroyable, le coût de production décidera toujours de son succès. Voici une vidéo nous expliquant les multiples avantages du graphène et ses applications :

Mis à part les problèmes de production, la recherche sur le graphène ne ralentit en aucun cas. Des laboratoires de recherche du monde entier – y compris l’Université de Manchester, où le graphène a été découvert – déposent en permanence des brevets pour de nouvelles méthodes de création et d’utilisation du graphène.

Le début d’une nouvelle ère

L’Union européenne a approuvé en 2013 le financement d’un programme phare qui financera la recherche sur le graphène pour l’électronique. Peut-être plus important encore, de nombreuses grandes entreprises technologiques en Asie mènent des recherches sur le graphène, y compris Samsung le géant des appareils mobiles. Alors que l’UE tente de se stabiliser face à la croissance économique explosive en Asie, le graphène pourrait être un champ de bataille important dans la politique internationale dans les années à venir. En tenant compte des limites dues à la technologie de production de masse, cette révolution ne se produira pas du jour au lendemain.

Le silicium a été découvert au milieu du 19ème siècle, mais il a fallu près d’un siècle avant que les semi-conducteurs en silicium ouvrent la voie à la montée en puissance des ordinateurs. Le graphène, avec ses qualités presque mythiques, pourrait être la ressource qui animera la prochaine ère de l’histoire humaine.

[via l’Université de Manchester]