chantier_constrion_robot_2018

L’automatisation change le visage de presque toutes les industries dans le monde, mais l’industrie de la construction peut être une nouvelle voie aux robots. En effet, l’Associated Press rapporte que la technologie et la construction, avec de nouvelles startups, déclenchent une vague d’innovation de robots, de drones et de logiciels, car contrairement aux véritables travailleurs en construction, les robots ne craignent pas de se salir ou de se blesser.

«Pour obtenir des personnes qualifiées pour manipuler un chargeur ou un camion de transport ou même diriger une usine, les travailleurs qualifiés sont difficiles à trouver en ce moment», nous explique Mike Moy, directeur d’une usine minière. « Personne ne veut plus se salir les mains, ils préfèrent avoir un bon travail dans un bureau.  »

Le robot SAM

Les employés d’une entreprise de maçonnerie du Colorado ont récemment appris à utiliser un robot de maçonnerie appelé SAM, qui est l’abréviation de « Semi-Automated Mason ». SAM peut poser 3 000 briques dans un quart de travail de huit heures en utilisant une courroie transporteuse et un bras robotisé. Cependant, plutôt que de craindre une perte d’emploi, les travailleurs sont heureux d’avoir l’occasion d’automatiser certaines de leurs tâches les plus banales.

« Il y a beaucoup de choses que SAM n’est pas capable de faire et que vous avez besoin pour la maçonnerie », a déclaré Brian Kennedy de l’Union internationale des briqueteurs. « Nous soutenons tout ce qui peut aider l’industrie de la maçonnerie. Nous ne nous opposons pas à la technologie.  »

Built Robotics est une start-up de Noah Ready-Campbell, un ancien ingénieur de Google et fils d’un travailleur de la construction qui conçoit des rétrocaveuses et autres véhicules de construction autopropulsés. «L’idée de Built Robotics est d’utiliser la technologie pour rendre la construction plus sûre, plus rapide et moins coûteuse», a-t-il déclaré. « Les robots font essentiellement les 80% du travail, de ce qui est le plus dangereux et monotone, puis les travailleurs le plus qualifiés, terminent le travail.

Le robot Doxel

D’autres robots sont utilisés pour analyser le travaille, comme Doxel, qui est un robot itinérant dont la tâche est de surveiller si les projets de construction se déroulent correctement, en gardant les projets dans les limites du budget. En suivant et en analysant l’activité sur un site de travail, Doxel peut suivre les progrès et identifier les problèmes potentiels avant qu’ils ne surviennent.

Le robot Kespry

Les drones sont un autre outil que les développeurs peuvent utiliser pour simplifier leurs tâches souvent fastidieuses. Par exemple, un drone d’une entreprise du nom de Kespry utilise la cartographie tridimensionnelle pour mesurer et quantifier d’énormes amas de roches et de sable, sur un immense site en quelques heures. Un entrepreneur avec un laser monté sur un camion prendrait une journée complète pour accomplir la même tâche.

« Non seulement c’est plus sûr et plus rapide, mais vous obtenez plus de données; de dix à cent fois », a déclaré le PDG de l’entreprise qui utilise Kespry, George Mathew. « Cela permet de garantir qu’une grande partie du travail sera accomplie correctement. »

Comme vous pouvez le constater, les robots, ne sont pas uniquement d’étranges objets étudiés dans des laboratoires, ils peuvent réellement aider les êtres humains à accomplir toutes sortes de tâches, même sur un chantier de construction, car contrairement aux travailleurs, ils peuvent facilement s’adapter, et si un robot n’existe pas pour certaines tâches, des entreprises peuvent en concevoir de nouveaux sans problème.

[via l’Associated Press ]