falcon_9_spacex_2018

Les fusées peuvent laisser une marque dans l’atmosphère bien après leur départ, et SpaceX en a été témoin. Les chercheurs ont déterminé qu’un lancement de Falcon 9 en août 2017 de Formosat-5, qui est un satellite d’observation de la Terre exploité par l’Organisation nationale de l’espace (NSPO) de Taïwan, a non seulement créé des ondes de choc circulaires, mais a aussi creusé un trou de 900 kilomètres dans le plasma de l’ionosphère, qui a duré jusqu’à trois heures après le lancement. Ce fut en quelque sorte une tempête magnétique localisée. Ce phénomène a été produit par la charge utile légère de la fusée.

Le poids de Formosat-5

Comme l’a noté Ars Technica, la plupart des fusées ont une trajectoire courbe pour réduire l’effet de la gravité et atténuer la pression sur les composants. Cependant la fusée de SpaceX, transportait une charge utile si légère (Formosat-5 ne pesait que 475 kilogrammes) qu’elle pouvait suivre une trajectoire presque verticale. C’est un peu comme laisser tomber directement un rocher dans l’eau; vous allez créer une éclaboussure beaucoup plus grande que si vous lanciez ce même rocher à l’horizontale.

Le trou dans l’ionosphère n’a pas causé beaucoup une grande perturbation par lui-même, cependant, des lancements plus fréquents et plus puissants avec ce genre de réaction pourraient fausser considérablement la navigation GPS. Dans le futur, lorsque des lancements seront plus fréquents, les opérateurs de fusées devront probablement surveiller leurs lancements, pour s’assurer qu’ils ne causent pas de dégâts aux réseaux téléphoniques et aux voitures autonomes.

Mieux comprendre ce phénomène

Toutefois d’autres recherches devront être faites pour mieux comprendre ce phénomène, car pour l’instant, la NASA et SpaceX ont uniquement observé ce genre de perturbation. Mais pour minimiser cet effet dans le futur, les chercheurs devront mieux comprendre comment une fusée peut causer un trou dans l’ionosphère, car bien qu’elle soit située seulement entre 80 et 800 km, nous ne comprenons pas encore très bien son interaction avec notre planète.

crédit photo : SpaceX, Flickr