nasa_télescope_2018

L’année dernière, la NASA a accueilli le printemps avec une belle nouvelle image du télescope spatial James Webb. Cette année, l’agence spatiale a des nouvelles moins édifiantes. En raison des retards techniques et des « erreurs évitables », les responsables de la NASA ont déclaré cette semaine que le lancement du nouveau télescope, sera retardé jusqu’en 2020 et que les coûts pourraient dépasser les 8 milliards de dollars alloués pour ce projet par le Congrès.

Des problèmes ont été rencontrés avec la partie de l’engin spatial destiné à abriter le télescope extensible en vol, qui a exigé une révision du programme. Selon Robert Lightfoot, administrateur intérimaire de la NASA, tout le matériel était prêt. « Cependant, » a-t-il déclaré aux journalistes lors d’une téléconférence, « les défis de performances qui ont été découverts nous ont incités à prendre des mesures. »

En 2020

Les missions spatiales ont toujours été accompagnées de retards. Le James Webb ne fait pas exception. En septembre dernier, la NASA a annoncé que le télescope manquerait son lancement prévu en octobre 2018, repoussant le décollage entre mars et juin 2019. Mais, après un examen plus approfondi, l’agence a prévu 2020 comme une date plus réaliste.

« Nous devons intégrer avec succès les deux moitiés de l’observatoire dans la configuration du vol final et effectuer quelques tests essentiels après une évaluation indépendante. », a déclaré Lightfoot. « Franchement, les tâches prennent plus de temps à se terminer que prévu, ce qui se traduira par une nouvelle fenêtre de lancement que nous attendons maintenant en mai 2020. »

Après deux décennies de construction, l’agence a annoncé l’achèvement du télescope spatial James Webb en novembre 2017, suite au premier pré-test important pour mesurer son miroir primaire. Au cours des mois qui ont suivi, le télescope a subi une série d’essais importants qui ont secoué, ébranlé et gelé la machine à la fine pointe de la technologie, la soumettant aux conditions auxquelles elle devra faire face dans l’espace. Avec le dernier segment recouvert d’or de son réseau de miroirs de 6 mètres de large en place, le télescope peut maintenant s’étaler comme une énorme fleur.

Le plus puissant

Ce télescope dont le lancement est prévu en mai 2020, sera le télescope le plus puissant jamais conçu pour capturer la lumière infrarouge des premières galaxies de l’univers antique. Pour lancer ce télescope, le pare-soleil de Webb sera plié une douzaine de fois avant d’être emballé dans une capsule en forme de balle. Une fois distant de 280 kilomètres de la Terre (au point Lagrange Terre-Soleil L2), l’ensemble se déploiera dans l’espace.

«La conception révolutionnaire du pare-soleil aidera à fournir l’imagerie de la formation des étoiles et des galaxies il y a plus de 13,5 milliards d’années», a déclaré Jim Flynn, responsable du pare-soleil Webb dans un communiqué en novembre dernier. « La livraison de cette membrane est une étape importante dans la préparation du lancement ».

Plus cher qu’Hubble

Avec des coûts de construction et d’exploitation de plus de 8,7 milliards de dollars, le télescope James Webb est plus de quatre fois plus cher que son prédécesseur (le télescope spatial Hubble), et 100 fois plus puissant. Cependant, là où le Hubble était à la portée des astronautes qui pouvaient aller dans l’espace jusqu’au télescope si quelque chose n’allait pas, ce télescope serait trop loin dans l’espace pour une mission de réparation. Pour cette raison, il est impératif que tout fonctionne comme prévu avant que le télescope Webb ne soit envoyé sur son orbite.

source : NASA