implant_2018

Les chercheurs de l’Université de Stanford ont développé un nouveau type d’implant de stimulation nerveuse, qui pourrait être utilisé pour traiter un large éventail de différentes maladies. Son avantage ? Il est extrêmement petit; il mesure seulement 2 mm × 3 mm × 6,5 mm.

« Cet implant utilise ce qu’on appelle « la bioélectronique. », a déclaré un chercheur sur ce projet. « L’idée est que de nombreuses maladies qui sont actuellement traitées en utilisant des médicaments ou des pilules peuvent être traitées plus efficacement, et avec moins d’effets secondaires, en utilisant la stimulation des nerfs.

Traiter plusieurs sortes de maladies

Des exemples de maladies qui peuvent être traitées par la stimulation nerveuse comprennent, la polyarthrite rhumatoïde, l’épilepsie, la maladie inflammatoire de l’intestin, l’incontinence urinaire et même le diabète. En plus des applications thérapeutiques, les chercheurs pourraient également utiliser cet appareil pour mener des expériences scientifiques, afin de mieux comprendre le système nerveux, et découvrir de nouveaux traitements contre certaines maladies.

Ce petit stimulateur implantable à la taille d’un grain de riz. Cela signifie qu’il pourrait être facilement être implanté en utilisant une chirurgie très peu invasive, ou même être injecté en utilisant une aiguille. Il est également capable de fonctionner à l’intérieur du corps, jusqu’à 10,5 centimètres sous la peau. Cet implant est également alimenté par des ultrasons et comprend un récepteur piézoélectrique miniaturisé, un circuit intégré, un condensateur de stockage d’énergie hors puce et des électrodes de stimulation en platine.

De plus, parce qu’il contient à la fois des électrodes et une LED, il est capable d’effectuer une stimulation électrique et optogénétique (ou les deux) à une variété d’amplitudes, de durées et de fréquences.

Le tester sur des animaux

« Jusqu’à présent, nous avons caractérisé les différentes parties de notre système et avons effectué des démonstrations in vitro de notre micro-stimulateur. », a poursuivi un chercheur de l’Université de Stanford. « La prochaine étape consiste à tester ce dispositif dans des animaux; et c’est sur quoi nous travaillons actuellement. »

Si cet implant finit par être utilisé sur des patients et qu’il fonctionne réellement, cela signifierait qu’une multitude de maladies pourraient être traitées, à la fois plus efficacement et plus rapidement, grâce notamment à sa capacité à stimuler certains nerfs, sans en affecter d’autres, et tout cela sans médicament.

Un article décrivant ce travail a été publié dans la revue IEEE Transactions on Biomedical Circuits and Systems.