robot_pollen_2018

Les humains utilisent des outils comme Google Maps pour leur indiquer l’emplacement d’un restaurant ou d’un supermarché le plus proche, et très bientôt, les abeilles butineuses pourraient obtenir un coup de main de la part de la haute technologie. En effet, des chercheurs allemands ont mis au point un robot nommé RoboBee qui montre aux abeilles les meilleurs lieux de butinage en imitant une danse que de véritables abeilles emploient pour se relayer cette information.

«Les abeilles communiquent les lieux de nourriture nouvellement trouvés aux nids d’abeilles via une série de mouvements qu’ils exécutent dans l’obscurité de la ruche», a déclaré Tim Landgraf, professeur au Centre Dahlem d’apprentissage automatique et de robotique. « Les abeilles intéressées décodent en quelque sorte ces mouvements (ou une danse) et savent comment atteindre ce nouveau lieu pour rapporter du pollen.

Pour mieux comprendre ce processus, nous avons construit un robot qui imite la danse des abeilles. Essentiellement, le robot est un morceau d’éponge molle de la taille d’une abeille sur un bâton, déplacé par un système de positionnement de type traceur. Il peut effectuer les mouvements typiques des abeilles, comme battre des ailes et fournir des gouttes d’échantillons de nourriture aux abeilles intéressées.  »

Landgraf note que l’idée d’utiliser un robot pour communiquer avec les abeilles a été discutée pendant des décennies. Cependant, les chercheurs basés à Berlin ont été les premiers à montrer que les abeilles peuvent décoder avec succès le message venant d’un robot. Cependant, toutes les abeilles n’étaient pas intéressées par le robot.

« Cela peut être dû au fait que la danse qu’il exécute est légèrement décalé par rapport à la façon dont il reproduit les indices liés à la véritable danse, ou il peut produire des stimuli indésirables qui perturbent les abeilles », a-t-il poursuivi. « Une autre cause peut aussi être que notre compréhension de la danse des abeilles est incomplète. »

Les chercheurs envisagent ensuite d’utiliser ces résultats dans un autre projet appelé BeesBook, dans lequel les abeilles sont suivies tout au long de leur vie. Le but est que cela permettra une meilleure compréhension du comportement des abeilles et permettra au robot de reproduire les mouvements des abeilles avec plus de précision.

« En ce moment je ne pense pas à la commercialisation », a déclaré Landgraf. « Les apiculteurs n’ont pas besoin de robots pour expliquer aux abeilles de polliniser leurs pommiers; ils placent leurs ruches sur leurs plantations. Cependant, l’idée d’un robot en relation avec des systèmes vivants vaut la peine d’être approfondie.

Avec ou sans robots, la technologie pourra aider à mieux comprendre les besoins des animaux, évaluer leur état de santé de manière automatisée, enrichir les environnements, et au final améliorer notre compréhension de la nature de notre planète et sa faune, même les abeilles, car elles sont essentielles à la survie des humains en pollinisant les plantes qui nous servent d’aliments depuis des siècles.

source : Cornell University Library