salive_moustique_anti_thrombotique_2018

Votre sang est-il trop épais ? Un peu de salive de moustique pourrait être un jour la solution pour prévenir certaines maladies, comme les phlébites. C’est parce que les scientifiques ont trouvé une nouvelle façon de revigorer les facteurs anticoagulants‎ dans la salive des moustiques en laboratoire. Le diluant sanguin modifié n’a jusqu’ici été testé que chez la souris, mais si cela fonctionne également chez l’homme, cela pourrait aider à prévenir – et même à guérir – les caillots sanguins pouvant entraîner une hémorragie ou une thrombose.

Les anophélines sulfatées

Quand un moustique mord, il injecte un mélange puissant de protéines appelées anophélines dans son hôte, permettant au sang de circuler plus librement. Ces anophélines ont longtemps été la cible de chercheurs essayant de créer de nouvelles classes d’anticoagulants à usage humain. Mais une fois extraits et testés dans les laboratoires, les anophélines ont fait un travail médiocre quant à leur capacité à fluidifier le sang.

Pour revitaliser la salive des moustiques, les scientifiques ont ajouté du sulfate, qui réagit avec les acides aminés dans les anophélines, cela à renforcer les forces électrostatiques entre les protéines, ce qui les rend plus aptes à se lier à une enzyme dans le plasma sanguin qui provoque la coagulation.

Les chercheurs ont injecté à trois souris anesthésiées ces molécules modifiées ou originales et ont mesuré combien de temps il fallait pour endiguer la saignement d’une blessure. Les souris traitées avec les protéines modifiées avaient un sang beaucoup plus fluide – leurs anophélines étaient 100 fois plus efficaces pour se lier à l’enzyme que la protéine non modifiée, ont rapporté les scientifiques le mois dernier dans ACS Central Science.

Plus efficace que l’hirudine

L’équipe a également découvert que les anophélines sulfatées sont plus efficaces que l’hirudine, une molécule d’éclaircissement sanguin dérivée des sucs salivaires des sangsues, qui est parfois utilisée en clinique pour guérir notamment les thromboses. Compte tenu de la performance des anophélines modifiées et du fait qu’elles stimulent également une réponse immunitaire naturelle, les chercheurs prévoient de développer des anticoagulants à base de salive de moustiques, ce qui pourrait éventuellement être utilisé pour prévenir et traiter la formation de caillots sanguins chez les humains.

Donc la prochaine fois qu’un moustique vous mordra, si votre sang est trop épais laissez-le faire, cela pourrait vous aider à fluidifier votre sang, bien que la meilleure solution soit la forme modifiée de l’anophéline.

[via Science]