photo_hyperloop 2018_mini

Nous n’avons pas beaucoup entendu parler de l’Hyperloop Transportation Technologies depuis l’an dernier, lorsque la société californienne a publié une poignée d’images et une vidéo pour prouver qu’elle est en train de construire ce qu’elle dit être le premier hyperloop « prêt-à-être-utilisé ». Le 15 avril l’entreprise a rompu son silence avec l’annonce de la construction d’une piste d’essai d’un kilomètre près de son centre de R&D en France.

HyperloopTT indique que sa piste d’essai sera construite en deux phases: un système fermé de 320 mètres qui sera opérationnel cette année, et un système complet de 1 kilomètre de long, élevé sur des pylônes à une hauteur de 5,8 mètres, qui sera terminé en 2019. Une capsule pour des passagers est actuellement en construction dans les installations de l’entreprise en Espagne, et devrait être livrée cet été.

Cela en ferait la troisième piste d’essai de l’hyperloop au monde et la première en Europe. Les deux autres sont aux États-Unis: la piste d’essai de Virgin Hyperloop One est située dans le désert au nord de Las Vegas, tandis que la piste d’Elon Musk est située à l’extérieur du siège de SpaceX à Hawthorne, en Californie.

https://youtu.be/oUrtE5SCudM

La vidéo et les images de la piste en construction d’HyperloopTT sont la première preuve solide que la société poursuit réellement son objectif de construire un hyperloop grandeur nature et prêt pour les passagers, pouvant envoyer des capsules de passagers ou de fret volant à travers un tube vitesse de 1220 km/h. Auparavant, tout ce que nous avons vu de la société, ce sont quelques images et des annonces de sondage douteuses.

En revanche, sa rivale, Virgin Hyperloop One, a effectué trois démonstrations d’un petit système dans le désert à l’extérieur de Las Vegas, atteignant plus récemment une vitesse record de 387 km/h. La société a conclu des accords avec des gouvernements à Dubaï et en Arabie Saoudite, ainsi qu’une pléthore d’autres ententes, et SpaceX a mis en branle plusieurs versions de son concours de conception et d’ingénierie, avec des équipes dirigées par des étudiants atteignant également des vitesses de 200 mph.

HyperloopTT est moins une affaire traditionnelle qu’une campagne de crowdfunding élaborée. L’entreprise se vante d’être la seule où travaille exclusivement des bénévoles, avec des ingénieurs de la NASA, Boeing, Tesla et SpaceX, travaillant parmi ses 800 bénévoles. HyperloopTT a rencontré des obstacles bureaucratiques. Sa piste d’essai en Californie a été retardée après qu’il a été révélé que la compagnie n’avait pas réussi à compléter le processus d’examen environnemental de l’État. La société se concentrant principalement sur l’Europe, il est difficile de savoir si l’entreprise HTT en Californie est encore dans bien présente dans cette course.

3

4

5

[via The Verge]