nasa_2018

2019 sera probablement une année chargée pour la NASA. Lors du Symposium spatial à Colorado Springs, l’administrateur associé William Gerstenmaier a annoncé que l’agence commencera à attribuer des contrats pour son programme lunaire «Gateway», avec pour objectif d’avoir quatre astronautes en orbite autour de la lune d’ici 2025.

Lunar Orbital-Gateway

Bloomberg rapporte que la NASA a commencé le processus de construction de la plate-forme Lunar Orbitale-Gateway, en commençant par des contrats pour les composants d’alimentation et de propulsion, suivis par l’habitation, la logistique et les sas. Les composants seront lancés et la passerelle construite, dans l’espace à partir de 2022.

« La plate-forme Lunar Orbitale-Gateway, nous donnera une présence stratégique dans l’espace lunaire. Elle dirigera notre activité avec des partenaires commerciaux et internationaux et nous aidera à explorer la Lune et ses ressources », a déclaré Gerstenmaier. « Nous finirons par en faire une expérience humaine vers Mars. »

Le vaisseau Orion

Le vaisseau spatial Orion, développé par Lockheed Martin, permettra des voyages vers la passerelle à bord de la fusée SLS (Space Launch System). « Le développement de la passerelle avance à grand pas, et nous fournissons notre expertise pour que la NASA puisse se tourner vers l’industrie pour apporter son savoir-faire à cet important effort. », à déclarer Lockheed dans un communiqué.

Exploration Mission-1 (EM-1); le premier vol d’essai d’Orion sans pilote, est prévue pour 2019. Sa mission de 25 jours, l’amènera à 100 kilomètres de la surface lunaire, puis en orbite autour de 65 000 kilomètres avant son retour sur Terre. Un vol d’essai habité est prévu pour 2023.

De futures expériences détermineront si l’eau peut être extraite de la surface lunaire et utilisée pour alimenter les propulseurs pour les futures missions. « Nous voulons comprendre la mécanique orbitale autour de la lune », a déclaré Gerstenmaier. « Faire des choses dans cette région, où la gravité n’est pas très importante, est une façon différente d’opérer. »

Vers la planète Mars

Selon la NASA, la passerelle permettra d’autres explorations lunaires et sera même une zone de transit pour l’exploration du système solaire. « Elle dirigera notre activité avec des partenaires commerciaux et internationaux et nous aidera à explorer la Lune et ses ressources », a-t-il ajouté. « Nous finirons par traduire cette expérience en missions humaines vers Mars. »

La gravité de la lune peut également être utilisée pour ralentir les vaisseaux spatiaux après leur voyage de six mois à partir de la planète rouge avant de rentrer dans l’atmosphère de la Terre.

Gernstenmaier a déclaré que les objectifs de l’agence sont réalistes d’un point de vue budgétaire et a ajouté que la collaboration avec des partenaires commerciaux permettra d’élargir les possibilités et les capacités dans l’espace lointain. « Tant que nous considérons la lune comme un tremplin et non un objectif final, je pense que nous irons loin », a-t-il conclut.