technologie_esim_2018

Verizon et AT&T auraient bloqué la technologie eSIM. En effet, ces deux entreprises de télécommunications font actuellement l’objet d’une enquête, de la part du ministère de la Justice des États-Unis, après avoir découvert qu’elles s’étaient concertées pour tenter de contrecarrer le développement de la technologie eSIM et empêcher les clients de changer facilement de fournisseur, selon deux personnes citées dans un rapport du New York Times,

Des plaintes officielles

Le ministère de la Justice a d’abord demandé des informations à Verizon et à AT&T, ainsi qu’à l’organisme normatif GSMA, en février, suite à des plaintes officielles après que des fabricants d’appareils aient exprimé leur inquiétude quant à la participation de ces entreprises à la restriction de la diffusion de la technologie eSIM.

La technologie SIM électronique, ou eSIM, permet essentiellement aux clients de passer rapidement et facilement à un nouvel opérateur mobile, sans avoir à obtenir et à insérer une nouvelle carte SIM. Elle pourrait pourrait même être utilisée dans une nouvelle génération d’appareils connectés, comme les ordinateurs portables.

Cela peut sembler intéressant pour les consommateurs, mais les opérateurs mobile ne sont pas si nombreux; cela signifie que les clients qui trouvent des prix moins élevés pourront changer de fournisseur sans problème. Verizon et AT&T, qui contrôlent actuellement 70% des abonnements sans fil aux États-Unis, risquent de perdre beaucoup d’argent avec cette technologie. Tellement, qu’ils ont même eu l’audace de verrouiller les téléphones à leurs réseaux, ce qui contournerait essentiellement l’objectif de la technologie eSIM.

Nuire aux utilisateurs

En outre, les enquêteurs travaillent pour déterminer si AT&T et Verizon tentent secrètement d’influencer le développement de cette nouvelle technologie pour maintenir injustement leur domination et, par conséquent, nuire aux consommateurs.

Plusieurs fabricants d’appareils prennent actuellement en charge la technologie eSIM, notamment Apple, Google et Microsoft. Apple a même inclus la technologie eSIM dans l’Apple Watch Séries 3, tandis que Google utilise une version dans ses smartphones Google Pixel 2 et Pixel 2 XL.

Si les enquêteurs arrivent à prouver qu’il y a eu collusion entre ces deux géants des télécommunications mobiles, cela pourrait grandement nuire aux consommateurs, bien que ces opérateurs puissent certainement utiliser leur puissance pour ralentir le développement de la technologie eSIM ou changer la norme eSIM d’une manière ou d’une autre.