esa_mission_2018

Grâce au satellite européen Gaia, l’ESA en mise ligne une carte animée en 3D de la Voie lactée. L’objectif de la mission était de mesurer la position de 1 milliard d’étoiles et la vitesse d’une petite fraction de celles-ci. Dans ce deuxième catalogue, Gaia est allée au-delà de ces objectifs, se rapprochant de l’objectif des cinq dernières années.

Les nouvelles données contiennent environ 1,69 milliard de sources lumineuses et leur luminosité. Gaia a mesuré la position, la distance et le mouvement de 1,3 milliard d’étoiles. Il a également mesuré leurs couleurs, ce qui sera extrêmement utile pour la compréhension de leurs propriétés. Une carte haute résolution peut être vue ci-dessous :

Cette mission était également capable de mesurer la vitesse radiale d’environ 7 millions d’étoiles, ce qui nous indique si l’étoile se déplace vers ou loin de nous. Cela peut être utilisé pour construire des cartes des mouvements stellaires dans la Voie Lactée, et combiné avec le reste de l’information, il était essentiel de créer une carte 3D animée de notre galaxie.

« Cela pourrait ressembler à un petit nombre comparé aux autres études, mais il représente la plus grande étude de vitesse radiale jamais réalisée de tout le ciel », a déclaré Anthony Brown, du Consortium Gaia pour le traitement et l’analyse des données, lors d’une conférence de presse.

Les capacités techniques de Gaia 

Il n’y a aucun doute sur les capacités techniques de la sonde, car en une minute, Gaia mesure environ 100 000 étoiles. Il faut environ deux mois à Gaia pour produire une image entière du ciel, et chaque étoile est photographiée environ 70 fois. Les prises multiples sont la clé de l’amélioration et de la précision des données transmises par Gaia

« Nous sommes en train de réaliser une résolution spatiale dans le ciel qui est très comparable à celle du télescope spatial Hubble », a déclaré Brown.

Les données supplémentaires et une analyse plus fine signifiaient que les astronomes pouvaient produire une version plus complète de notre galaxie qu’il y a deux ans. Parmi les nouvelles caractéristiques venant des données de ce satellite de l’ESA, il y a une distribution en dessous du centre de la Voie Lactée, qui serait une galaxie compagne de la nôtre, qui est cannibalisée par la Voie Lactée.

L’autre amélioration est que la carte est maintenant en couleur. L’image principale n’est pas une photographie. Elle a été reconstruite en utilisant les nouvelles mesures de couleur et les positions de toutes les étoiles. La couleur a également permis aux astronomes de construire une carte de la distribution du gaz et de la poussière dans toute la Voie Lactée. Mais Gaia ne se concentre pas seulement sur les étoiles.

La mission observe également tous les objets en mouvement dans le ciel et a permis une analyse approfondie. Le nouveau catalogue de Gaia inclut également 14 000 objets appartenant au système solaire.

« Il représente l’étude la plus précise jamais réalisée sur les astéroïdes dans le système solaire. Dans certains cas, ces deux années de données peuvent rivaliser avec des centaines d’années de données collectées », a expliqué M. Brown.

Ces données redéfinissent les fondements de l’astronomie

L’équipe espère recueillir plus de données sur les astéroïdes proches, comme les couleurs. Cela permettra aux astronomes de caractériser ces roches spatiales avec plus de précision et peut-être aider à fournir de nouvelles informations sur la formation de notre système solaire.

« Les observations recueillies par Gaia redéfinissent les fondements de l’astronomie », a déclaré Günther Hasinger, directeur scientifique de l’Agence spatiale européenne, dans un communiqué. « Gaia est une mission ambitieuse qui s’appuie sur une énorme collaboration humaine pour donner un sens à un grand volume de données hautement complexes. Il démontre la nécessité de projets à long terme, pour garantir les progrès de la science et de la technologie spatiales, ainsi que pour mettre en œuvre des missions scientifiques encore plus audacieuses dans les décennies à venir. »

Pour photographier toutes ces étoiles, le satellite Gaia est doté d’un incroyable appareil photo de 1 milliard de pixels. Cette caméra est si précise qu’elle peut prendre en photo des objets de la taille d’une pièce de monnaie sur la Lune. Deux autres sorties de données sont prévues pour Gaia, une à la fin de 2020, puis une dernière en 2022.

source : ESA