mit_implant_diabète_type_1_2018

Depuis les années 1960, les chercheurs se sont intéressés à la possibilité de traiter le diabète de type 1 en transplantant des cellules « îlots »; les cellules pancréatiques responsables de la production d’insuline lorsque la concentration de glucose dans le sang augmente. Mais cette approche s’est toutefois révélée difficile à mettre en œuvre. Un des obstacles est qu’une fois les îlots étaient transplantés, ils pouvaient mourir s’ils ne recevaient pas suffisamment d’oxygène.

Un apport en oxygène

Maintenant, des chercheurs du MIT, en collaboration avec une société appelée Beta-O2 Technologies, ont développé et testé un dispositif transplantable, qui fournit aux cellules leur propre apport d’oxygène, via une chambre qui peut être réapprovisionnée toutes les 24 heures.

«Alimenter en oxygène ces cellules est un problème difficile», explique Clark Colton, professeur en génie chimique au MIT et auteur principal de cette étude. « Les avantages de cette approche sont que les îlots peuvent remplir leur fonction sans avoir besoin d’une grande quantité de tissu, de plus elle permet de réduire la capacité des implants à provoquer une réponse immunitaire qui serait défavorable aux patients. »

Des îlots viables pendant plusieurs mois

Des tests avec ces implants chez les rats, ont démontré que près de 90 % des îlots sont demeurés viables pendant plusieurs mois, et la plupart des rats ont maintenu des taux de glycémie normaux pendant tout ce temps. Yoav Evron de Beta-O2 Technologies est l’auteur principal de cette étude, laquelle a été publiée dans Scientific Reports le 25 avril.

De nouvelles versions

Les chercheurs de Beta-O2 Technologies travaillent maintenant sur de nouvelles versions du dispositif, dans lesquelles la chambre de stockage d’oxygène implantée sous la peau, seraient séparées des îlots, de plus les chambres de stockage pourraient être réapprovisionnée seulement une fois par semaine, ce qui faciliterait la vie des patients atteints du diabète de type 1.

Crédit image : Christine Daniloff / MIT
Source : MIT