reconnaissance_faciale_britanique_erreur_2018

La technologie de reconnaissance faciale est de plus en plus utilisée pour identifier les personnes dans les lieux publics. Par exemple elle est utilisée en Chine pour identifier les fugitifs et les piétons indisciplinés qui ne respectent pas les règlements d’une ville, à Chicago pour repérer les criminels recherchés, aux Jeux Olympiques pour suivre les journalistes et les responsables des événements, et même dans les magasins Amazon afin de suivre des groupes d’acheteurs.

Cela soulève tout un tas de questions complexes sur la vie privée des gens, car ces données provenant des systèmes de reconnaissance faciale au Royaume-Uni peuvent produire de faux positifs. Les systèmes de reconnaissance faciale fonctionnent sur une base très simple: les caméras analysent des foules de milliers de personnes en continu, et le logiciel peut détecter certaines caractéristiques faciales pour identifier positivement un individu.

Pour des situations comme les stades ou les places publiques bondées, la reconnaissance faciale est beaucoup plus efficace – du moins théoriquement – que de patrouiller toute une foule avec des policiers. Car de cette façon tout se fait plus rapidement, sans avoir à mobiliser des centaines de policiers.

La police du sud du Pays de Galles a récemment mis en place un système de reconnaissance faciale lors de la finale de l’UEFA Champions League, où le système a identifié 2 470 criminels présumés. Cela semble assez impressionnant, sauf que de ce nombre 2 297 s’est avéré ne pas être des criminels présumés. C’est un taux d’échec de 92 %.

La police du Sud du Pays de Galles a attribué cette statistique au mauvais équipement des caméra lors de leur mise en œuvre, mais après avoir corrigé ses caméras, ce système ne s’est pas beaucoup amélioré. Au cours des 15 événements dans lesquels la police du Sud du Pays de Galles a utilisé la reconnaissance faciale, seulement cinq d’être elles ont identifié correctement des individus recherchés, et seulement trois ont identifié correctement des individus qui n’étaient pas des criminels.

Beaucoup de gens ont déjà critiqué la reconnaissance faciale sur ses aspects de la vie privée, et maintenant il y a aussi la possibilité que vous puissiez être interrogé par la police parce qu’un ordinateur vous a pris pour quelqu’un d’autre.

Heureusement, ou peut-être, malheureusement, la technologie va probablement s’améliorer au cours des prochaines années et les erreurs deviendront plus rares. Mais c’est une très petite consolation pour les milliers de personnes faussement identifiées par la police du sud du Pays de Galles. Peut-être qu’un jour la reconnaissance faciale ne fera plus ce genre d’erreur, mais cela en vaut-il la peine, pour le peu d’aide qu’elle fournit réellement aux policiers.

Source: Wired