chromebpook_acer_google_linux_mv_2018

Les Chromebooks ont toujours été bon marché et accessibles, mais maintenant ils sont sur le point d’être beaucoup plus performants. Google a annoncé aujourd’hui que les Chromebooks pourront bientôt exécuter des applications Linux natives en plus des applications Web Chrome et des applications Android qu’ils prennent déjà en charge. C’est sans surprise que le Pixelbook premium de Google sera le premier à bénéficier de la prise en charge des applications Linux, même si d’autres modèles se joindront à celui-ci d’ici peu.

Des applications Linux

Si vous avez prêté une attention particulière ces derniers temps sur ce sujet, cette nouvelle n’est peut-être pas nouvelle pour vous: cette nouvelle fonctionnalité a flotté dans l’air depuis quelques semaines, et elle est apparue officiellement dans Canary channel Chrome OS la semaine précédante Google I/O. Bien que c’est la première fois que Google adopte officiellement Linux pour ses Chromebooks, les amateurs ont leurs propres options non autorisées depuis déjà un moment – un projet appelé Crouton permettait aux utilisateurs de créer un système de fichiers isolé où ils pouvaient installer des distributions Linux comme Ubuntu.

Le problème était que Crouton demandait aux utilisateurs d’activer le mode développeur et de désactiver certaines mesures de sécurité clés de Chrome OS. L’approche de Google est un peu différente: plutôt que d’installer Linux dans un bac à sable séparé, Google a construit une machine virtuelle (VM) à l’intérieur de laquelle fonctionne une version de Debian. De cette façon, les personnes qui utilisent réellement leur Chromebook n’auront pas à désactiver les fonctions de sécurité et pourront l’utiliser avec une version de Linux qui pourra directement s’intégrer dans le bureau de Chrome OS. Google affirme que les applications Linux pourront être lancées directement à partir du lanceur et pourront accéder aux fichiers enregistrés dans le dossier « Téléchargements ».

Un léger ralentissement est possible

Bien sûr, puisque nous parlons d’une machine virtuelle, les limitations de performance ne sont pas hors de question. Google est convaincu que l’exécution de la plupart des applications Linux dans Chrome OS ne devrait pas poser trop de problèmes, mais Kan Liu, directeur de la gestion des produits pour Chrome OS, reconnaît que des applications élaborées telles que GIMP pourront ralentir certains Chromebooks. Ce n’est donc pas étonnant que le Pixelbook soit le premier modèle à avoir officiellement cette prise en charge des applications Linux.

Encore mieux pour Google, cette décision pourrait renforcer d’avantage Chrome OS en tant qu’option puissante à utiliser dans les écoles, en particulier dans les programmes d’informatique. Avec Linux s’exécutant dans une machine virtuelle sur un Chromebook, les développeurs d’applications novices pourront installer, par exemple, Android Studio, assembler du code, le compiler et l’exécuter sur la même machine.

Une fonctionnalité impossible avec iOS

C’est un exploit qui n’est tout simplement pas possible si vous travaillez avec iOS – le mieux que vous puissiez faire dans l’écosystème d’Apple est de créer une application et de la lancer sur un simulateur Xcode. La fluidité retrouvée dans le développement d’applications Android est un atout indéniable, mais ce n’est évidemment pas le seul moyen pour les développeurs et les étudiants de créer des applications, car la flexibilité de Linux leur permettra de créer du code sur leurs Chromebooks plus facilement.

[via Engadget]