lait_nourrissons_protéines_recombinantes_2018

Plusieurs nourrissons sont alimentés par des préparations vendues sur le marché, qui tentent de reproduire les qualités du lait maternel, mais n’y parviennent que grossièrement, car les nouveau-nés en grandissant, leurs besoins changent rapidement. Le lait maternel humain contient 1 600 sortes de protéines et change au fur et à mesure que l’enfant vieillit, ce ne sera donc pas facile pour cette start-up d’améliorer les préparations vendues sur le marché.

Le lait maternel est un aliment presque parfait qui est adapté aux besoins du bébé qu’il nourrit, et bien que les scientifiques aient fait des progrès pour réduire les différences entre le lait maternel et la préparation pour nourrissons, les écarts de santé existent encore. Par exemple, certaines études (mais pas toutes) démontrent que les bébés nourris au lait maternisé présentent des risques plus élevés d’obésité et de diabète que leurs homologues allaités.

Plusieurs protéines

L’une des raisons pour lesquelles les formules ne peuvent pas tout à fait ressembler au lait maternel est que le lait humain est complexe, contenant – comme susmentionné – plus de 1 600 protéines distinctes, dont certaines évoluent au fur et à mesure qu’elles restent dans les glandes mammaires. En revanche, le lait de vache – l’ingrédient principal dans la plupart des préparations pour nourrissons – contient beaucoup moins de protéines distinctes.

Une start-up à San Francisco tente de combler ces lacunes en matière de santé grâce à la bio-ingénierie. Lancé en 2016, BioNascent remplace les protéines bovines dans les préparations, par des protéines humaines cultivées en laboratoire en insérant des gènes humains dans la levure et les champignons. La société affirme avoir déjà répliqué l’alpha-lactalbumine, une protéine qui représente entre 20 et 30% de la teneur totale en protéines du lait maternel, mais seulement environ 3% des protéines du lait bovin.

« L’alpha-lactalbumine est « une preuve de concept » (POC) choisie pour sa simplicité moléculaire », a déclaré Craig Rouskey, PDG et Chief Scientific Officer de BioNascent, un biologiste moléculaire qui travaille dans la technologie des protéines recombinantes depuis 15 ans. En 2014, Rouskey a lancé Real Vegan Cheese, un projet distinct qui utilise une approche similaire pour créer du fromage sans vache en remplaçant les protéines bovines par des protéines identiques cultivées en laboratoire.

La première protéine recombinante humaine

Pour BioNascent, Rouskey utilise l’alpha-lactalbumine pour prouver que les protéines humaines peuvent également être cultivées en laboratoire dans l’espoir d’attirer suffisamment d’investisseurs pour aider la jeune entreprise à passer à travers le coûteux processus d’approbation de la FDA. Si la protéine réplicante de BioNascent est approuvée, «ce serait la première protéine recombinante humaine approuvée par la FDA comme ingrédient alimentaire», explique Rouskey. « Beaucoup de gens qui ont essayé de faire cela dans le passé sont allés à la FDA avec leurs données et la FDA a dit non. »

Un porte-parole de la FDA n’a pas précisé si la protéine de BioNascent serait la première protéine humaine réplicative approuvée comme ingrédient alimentaire. Les protéines recombinantes humaines ont été approuvées pour des usages médicinaux et sont actuellement un ingrédient dans certains produits pharmaceutiques.

Pour obtenir l’approbation de la FDA, Rouskey devra prouver que ses protéines sont des copies exactes de celles produites par le corps, et que le corps les accueille sans effets secondaires, comme des réactions allergiques. BioNascent aura également besoin de preuves, qui n’existent pas encore, d’autres chercheurs qui consomment des protéines recombinantes humaines pour prouver qu’elles sont sécuritaires.

Des impacts positifs ?

La société a sélectionné 14 protéines qui, selon elle, sont essentielles pour combler certaines lacunes importantes en matière de santé et commenceront à se frayer un chemin dans la liste. Il espère produire sa deuxième protéine dans les prochaines années. J. Bruce German, un chimiste alimentaire à l’Université de Californie, Davis, dont les recherches se concentrent sur le lait, explique que le remplacement des protéines bovines pourrait avoir des impacts positifs sur la santé, mais dans quelle mesure, pour l’instant cela n’est pas clair.

«En principe, plus il y a de protéines humaines dans la formule, mieux elle est tolérée par les nourrissons», ajoute-t-il. Comme on sait peu de choses sur les bienfaits du lait maternel sur la santé, il est extrêmement difficile de prédire l’impact d’une poignée de protéines. Si BioNascent pouvait produire une formule qui incorporait des protéines humaines dans les quantités exactes du lait maternel à un certain stade du développement de l’enfant, «cela constituerait un grand changement par rapport aux préparations pour nourrissons actuelles», explique-t-il.

Ce ne sera pas une formule parfaite

Pourtant, l’échange de protéines ne mettra pas la formule dans la même lignée que le lait maternel, en partie parce que cette dernière est adaptée au bébé, qu’elle varie d’une mère à l’autre et change en fonction des besoins du bébé. Si un bébé tombe malade, par exemple, les mères peuvent produire du lait maternel avec des anticorps personnalisés pour lutter contre cette infection. De plus, « quelle que soit l’ingéniosité, la levure ne sera jamais égale à une glande mammaire », explique-t-il. « Si j’avais l’intention de fabriquer des volants gainés de cuir, personne ne dirait que je fabriquais des Ferrari. »

Rouskey ne croit pas que la formule produite par la bio-ingénierie correspondra parfaitement au lait maternel, mais croit qu’elle se rapprochera de la formule de très près. Pour l’instant, il se concentre pour amasser suffisamment de fonds pour donner vie à sa formule. « Ce sont nos deux principaux objectifs », explique-t-il. « Restez en vie et produire notre prochaine série de protéines. »

Donc si tout va bien pour cette start-up, les mères pourraient avoir bientôt une formule pour leurs nourrissons, qui remplacerait celles qu’on retrouve en magasin, qui ne sont pas très bien adaptés aux nouveau-nés, et qui causent souvent des problèmes de santé, une fois que l’enfant est devenu adulte.

Crédit Photo : Suke Tran
source : MIT Technology Review