voitures_autonomes_2018

Des chercheurs ont créé un programme informatique permettant d’analyser en permanence les demandes de covoiturage reçues d’une application pour smartphone et de tracer le parcours le plus efficace pour chaque voiture dans une flotte de véhicules autonomes. Contrairement aux taxis standard, qui ramassent les clients repérés sur le bord de la route, cet algorithme attribue les voitures aux clients en fonction des conditions de circulation, ainsi que des points de ramassage et de dépôt de toutes les demandes de trajet.

Un algorithme 

Moe Vazifeh, physicien au MIT, et ses collègues ont testé cet algorithme en lui fournissant des informations, sur plus de 150 millions de trajets en taxi pris à New York en 2011. Ce programme, décrit en ligne le 23 mai dans Nature, a pu chorégraphier des itinéraires pour ramasser plus de 90% des clients dans les cinq minutes suivant leur demande de déplacement.

Ce n’est pas aussi rapide que de siffler un taxi sur le bord d’une route, mais la méthode de l’algorithme ne nécessitait qu’environ 5 400 taxis à la fois, en moyenne, par rapport à la moyenne des 7 700 taxis qui circulaient en ville en 2011. En utilisant beaucoup moins de voitures, ces flottes de taxis autonomes,  pourraient aider à réduire la pollution routière et la congestion routière. En outre, ces résultats pourraient devenir encore plus pertinents dans les années à venir, car les flottes de voitures en réseau, autonomes, deviendront monnaie courante dans les années à venir.

Un temps d’attente réduit ?

Bien que les chercheurs se sont aperçus que le temps d’attente pour trouver un taxi, était moins long que de simplement en siffler un sur le bord de la route, car les véhicules peuvent être commandés depuis une simple application sur un smartphone, il reste à prouver que le temps d’attente serait réellement réduit par cette application, car la plupart du temps une personne qui recherche un taxi, doit en trouver un rapidement, et avoir recours à un smartphone, ne serait pas plus rapide que de siffler un taxi. Plus de recherche devra être faite, avant de proposer cette option aux gens.

Source : Nature