cornée-imprimante-3D

Si vous endommagez votre cornée, les chances d’en obtenir une toute neuve, pourraient bien devenir une réalité. En effet, des chercheurs de l’Université de Newcastle en Angleterre ont rapporté qu’ils avaient réussi à reproduire des cornées humaines, en utilisant une imprimante 3D et une «bio-encre» composée de cellules souches provenant d’une cornée donneuse, d’alginate (une substance trouvée dans les algues) et de collagènes. Ils ont imprimé les cellules en cercles concentriques, en forme de cornée, puis s’assirent pour attendre que la cornée se développe.

Un gel unique

«Notre gel est unique, car c’est une combinaison d’alginate et de collagène, qui maintient les cellules-souches vivantes tout en produisant un matériau suffisamment rigide pour maintenir sa forme, mais assez souple pour être évincé de la buse d’une imprimante 3D», a déclaré le professeur en ingénierie tissulaire Che Connon, qui a travaillé sur ce projet.

La cornée est l’une des couches externes de l’œil qui participe à la fois à la focalisation de la lumière et à la protection de l’œil. Lorsque la cornée d’une personne est endommagée, elle peut produire une vision floue ou provoquer un éblouissement, selon l’American Academy of Ophthalmology.

Une pénurie

La cornée peut être facilement transplantée à partir de donneurs décédés, sans les problèmes de compatibilité qui affectent d’autres transplantations d’organes. Car avec les greffes de cornée, il n’y a pas besoin de trouver une «correspondance» entre le donneur et le receveur. Mais parce que les donneurs d’organes avec des cornées saines ne sont pas très communs, et en raison d’une forte demande, il y a une pénurie de donneur.

Un examen de l’œil est parfois nécessaire

Un article paru en 2016 a trouvé, par exemple, qu’il n’y avait qu’une seule cornée de donneur disponible pour chaque 70 patients en attentes de recevoir une nouvelle cornée dans le monde entier. Cette nouvelle technique, qui pourrait produire plusieurs cornées par donneur, pourrait aider à réduire ce manque si elle était mise en pratique, selon l’article, qui a été publié en ligne le 30 mai dans la revue Experimental Eye Research, et paraîtra dans le numéro d’août 2018. Mais l’examen de l’oeil, est parfois nécessaire pour estimer si la cornée est gravement endommagée.

Pour l’instant, les cornées imprimées en 3D ne sont pas encore prêtes à être implantées chez les humains, les chercheurs doivent s’assurer que le corps humain ne les rejetteront pas, qu’ils s’adapteront correctement et qu’ils fonctionneront correctement pour concentrer la lumière. Cela pourrait prendre plusieurs années avant que la première tentative d’opération soit faite, a déclaré Connon.

Source : Live Science