nouvelle-chirurgie-laser-occulaire

En tant que personne qui porte des lunettes, l’idée d’une chirurgie oculaire au laser corrective est certainement tentante. Mais dès que vous commencez à lire sur la façon dont elle peut être invasive, avec quelques fois des risques désagréables, et soudainement vos lunettes ne semblent pas si mauvaises après tout.

Une nouvelle sorte de chirurgie oculaire au laser

Mais les choses pourraient changer, grâce à des chercheurs de l’Université de Columbia. Ils ont mis au point une nouvelle chirurgie oculaire au laser non invasive, qui pourrait corriger la vision en permanence – sans les risques associés à la chirurgie au laser ordinaire.

« La principale différence entre notre approche et les chirurgies réfractives couramment utilisées, est que dans notre méthode il n’y a pas de découpe des ailerons ou d’ablation », a déclaré Sinisa Vukelic, chercheuse dans ce projet. « Les patients présentant des cornées minces et d’autres anomalies, qui les rendent inéligibles à la chirurgie réfractive, pourraient être traités avec notre méthode, ce qui à son tour augmente la population des patients éligibles. »

Un laser ultra-rapide pour ioniser les molécules d’eau 

Cette nouvelle méthode implique ce qu’on appelle un oscillateur femtoseconde – un laser ultra-rapide capable de délivrer des impulsions de faible énergie très rapidement. En utilisant ce type de laser, il est possible de changer les propriétés biochimiques et biomécaniques du tissu cornéen de l’œil. À la différence des chirurgies correctives assistées par laser comme le Lasik, celle-ci peut être faite sans amincir et affaiblir ainsi la cornée.

Au lieu de cela, cette procédure implique l’utilisation du laser pour ioniser les molécules d’eau qui se trouvent dans la cornée. Cela crée une molécule d’oxygène réactionnelle qui interagit avec les fibrilles de collagène, pour former sélectivement des «liaisons croisées» ou des liaisons chimiques, qui changent les propriétés de l’œil. Faire cela peut modifier la courbure cornéenne de l’œil, en modifiant sa puissance de réfraction afin de corriger la vision du patient.

Un prototype clinique

« Nous avons fait beaucoup de science fondamentale pour prouver le principe et établir cette technique », a poursuivi Vukelic. « Nous avons également beaucoup travaillé sur des modèles animaux qui ont prouvé l’efficacité du traitement que nous proposons. En ce moment, nous travaillons sur un prototype clinique. Nous espérons rendre disponible cette technologie auprès du public, et nous espérons également qu’elle sera largement adoptée. »

Les essais cliniques devraient débuter à la fin de 2018, et si tout se passe comme prévu, une nouvelle méthode non invasive pourrait vous être offerte par votre ophtalmologiste. Un article décrivant cette nouvelle méthode de correction oculaire au laser a récemment été publié dans la revue Nature Photonics.