sang-cancer-nouvelle-approche

Le cancer peut être un ennemi délicat à combattre, donc la meilleure façon de le guérir n’est peut-être pas une attaque directe, mais de couper ses vivres. Une telle méthode, connue sous le nom « d’embolothérapie au gaz », consiste à créer de minuscules bulles dans les vaisseaux sanguins de la tumeur, ce qui bloque l’approvisionnement en sang et affame le cancer. Des chercheurs de Chine et de France ont découvert que cette technique pourrait également être utilisée pour l’administration de médicaments – ce qui serait une forme d’attaque à « deux voies ».

L’embolothérapie au gaz

La première étape de l’embolothérapie au gaz implique que les chercheurs injectent des gouttelettes de liquide dans les vaisseaux sanguins qui alimentent une tumeur. Lorsqu’une impulsion ultrasonique est appliquée à cette zone, ces gouttelettes forment de minuscules bulles de gaz qui obstruent les vaisseaux, bloquant le flux sanguin et étouffant la tumeur. Cette partie du processus est appelée « vaporisation par gouttelettes acoustiques ».

Lors de recherches antérieures, ce processus s’est avéré plus efficace que prévu. Non seulement les bulles ont réussi à couper l’approvisionnement en sang, mais d’autres bulles ont pénétré dans de plus petits vaisseaux sanguins comme les capillaires, provoquant leur éclatement et leur fuite, ce qui a causé encore plus de dommages à la tumeur.

embolothérapie-gaz-1

Lors de cette nouvelle étude, l’équipe a voulu regarder de plus près ce qui se passait dans les capillaires. Pour leurs tests, les chercheurs ont utilisé des échantillons de tissu de rat en laboratoire et ont injecté des gouttelettes de dodécafluoropentane (qui est une forme de perfluoroalcanes), mélangées à un sérum bovin. Des bulles ont ensuite été formées en utilisant la technique de vaporisation par gouttelettes acoustiques.

L’équipe a observé que les bulles se logeant dans les capillaires, où elles se sont accumulées et, dans certains cas, ont fusionné. Une cavité localisée a également été observée dans la paroi du vaisseau, ce qui, selon l’équipe, a probablement été causé par la rupture des bulles dans les capillaires.

Pour administrer des médicaments 

Les chercheurs expliquent que cela pourrait ouvrir une deuxième voie d’attaque contre le cancer. L’embolothérapie au gaz pourrait tuer les tumeurs en bloquant non seulement leur approvisionnement en sang, mais en administrant des médicaments à travers les capillaires. Cela signifie que les médicaments peuvent être administrés directement sur le site de la tumeur, et puisque le sang ne circule pas, il les maintient localisés, empêchant les médicaments de circuler à travers le corps, et de nuire aux cellules saines.

« Dans cette recherche sur la thérapie du cancer, les scientifiques se sont toujours intéressés à répondre à ces deux questions: comment tuer efficacement le cancer et comment réduire les effets secondaires des médicaments chimiothérapeutiques », explique Mingxi Wan, auteur de l’article. « Nous avons constaté que l’embolothérapie au gaz a le potentiel de répondre avec succès à ces deux questions. » Les prochaines étapes sont de tester cette méthode chez des rats vivants.

Cette recherche a été publiée dans Applied Physics Letters.

Source : American Institute of Physics