système-solaire-deux-soleils-possible

La trame de fond de Luke Skywalker n’est peut-être pas si fantaisiste après tout. Certaines planètes extraterrestres dans les systèmes multi-étoiles, comme Tatooine à deux soleils, le monde de Luke dans l’univers de « Star Wars » – peuvent en effet se nicher dans des orbites stables pendant de longues périodes, suggère une nouvelle étude.

45 000 simulations informatiques

Les chercheurs ont effectué plus de 45 000 simulations informatiques, en examinant où les planètes de diverses masses et dimensions pourraient exister dans les systèmes à deux et trois étoiles. Des planètes ont été découvertes dans de tels systèmes, mais le temps qu’ils peuvent rester sur leurs orbites avant que les interactions gravitationnelles les envoient s’écraser sur l’une de leurs étoiles hôtes, ou se frayer un chemin dans l’espace interstellaire, reste un sujet de débat depuis très longtemps.

Maintenant, les partisans des orbites stables ont d’autres preuves à citer: « Nous avons fait des simulations pour des périodes allant de 1 million à 10 millions d’années, afin de voir si ces systèmes sont stables sur de très longues périodes », a écrit l’auteur principal de l’étude, Franco Busetti, de l’Université de Witwatersrand en Afrique du Sud. « L’analyse démontre que la plupart des configurations avaient suffisamment de régions stables pour que les planètes puissent exister », a ajouté Busetti, qui présentera les résultats de cette étude le 4 juin lors de la 232ème réunion de l’American Astronomical Society à Denver. « Plusieurs de ces zones sont réellement très habitables pour les planètes. »

Une géométrie stable pour découvrir de nouveaux mondes

Moins de 40 planètes à trois étoiles sont connues. Mais cette nouvelle étude, qui sera soumise à la revue Astronomy & Astrophysics, pourrait aider les astronomes à en trouver plus, a déclaré Busetti. « Elle pourrait aider à sélectionner les candidats appropriés pour une enquête sur ces systèmes et guider les recherches d’observation pour eux », a-t-il expliqué. « La géométrie de la zone stable indique non seulement où chercher des planètes mais également comment les observer. »

Environ 3 700 exoplanètes ont été découvertes à ce jour, la plupart d’entre elles par le télescope spatial Kepler de la NASA. La longue et riche course de Kepler arrivera bientôt à son terme, mais les découvertes de mondes extraterrestres se poursuivront. Par exemple, le satellite « Transiting Exoplanet Survey Satellite » de la NASA, qui a été lancé à la mi-avril pour rechercher des étoiles autour dans le voisinage de notre soleil, devrait dépasser le décompte de Kepler, et l’astronef européen Gaia, qui cartographie les étoiles, repèrera probablement des milliers d’exoplanètes, ont indiqué des responsables de l’Agence spatiale européenne.

Source : Space