réalité-virtuelle-patient-france

L’utilisation de la réalité virtuelle comme une forme alternative de gestion de la douleur n’est pas vraiment nouvelle. Les chercheurs sont bien conscients du potentiel de la RV afin de distraire les patients chez le dentiste ou de lutter contre les douleurs fantômes, donc ce n’est pas une surprise de voir la RV se rendre dans une salle d’urgence.

Des étudiants diplômés de l’hôpital Saint-Joseph, en France, ont conçu un programme virtuel immersif, qui est utilisé pour aider les patients à se détendre et à augmenter leur tolérance à la douleur, et ce, sans analgésiques.

Ils sont distraits par des stimuli auditifs et visuels 

Ce programme est étonnamment simple: les patients portent une paire de lunettes RV comme vous le feriez normalement, et plongent dans la tranquillité 3D des collines enneigées et des jardins zen japonais. Au lieu de tolérer l’inconfort de la chirurgie – comme le traitement d’une épaule disloquée – ils sont distraits par d’agréables stimuli auditifs et visuels qui les aident à faire face à cette situation.

Selon le Dr Olivier Ganansia, chef de service des urgences de l’hôpital, l’utilisation de la RV pendant le traitement c’est comme « être sous hypnose : elle nous permet d’offrir aux patients une technique pour détourner leur attention et réduire leur douleur et leur anxiété lorsqu’ils sont traités aux urgences. Je pense que dans 10 ans, la réalité virtuelle ne sera plus remise en question quant à son pouvoir de distraction, et sera utilisée dans les hôpitaux régulièrement. »

À ce stade, la thérapie par la RV est toujours considérée comme expérimentale et plus de recherche sera nécessaire pour s’assurer qu’elle est utilisée correctement et pour exclure la possibilité qu’elle ne fonctionne pas comme un simple traitement placebo. Cependant, il existe déjà un certain consensus sur le fait que la RV n’est pas seulement bonne pour distraire les gens; elle pourrait également être utilisée pour reprogrammer la façon dont le système nerveux répond à la douleur.

[via: Reuters]