anti-bactérien-toxique-dentifrice

Au début des années 1970, le triclosan, un composé chimique, a commencé à apparaître dans une multitude de produits; des savons et des dentifrices aux produits de nettoyage et aux pesticides. Le triclosan est un composé antibactérien et antifongique efficace, mais presque immédiatement après avoir commencé à apparaître dans les produits ménagers, la FDA à enquêter sur le profil de sécurité de ce produit chimique, mais ce n’est qu’en 2016 qu’elle a établi une réglementation claire et définitive.

Le triclosan nocif pour les humains

Ce règlement de la FDA de 2016 a effectivement interdit l’utilisation du triclosan et 18 autres composés, dans des produits de lavage antiseptiques pour la consommation, notamment le savon pour les mains. Cette réglementation étrangement limitée permettait toujours l’utilisation de ce produit chimique dans les lingettes, les désinfectants et les dentifrices, et ce en dépit du fait que Janet Woodcock, directrice du Centre d’évaluation des médicaments et de recherche de la FDA, disait que « les consommateurs pourraient penser que les lavages antibactériens sont plus efficaces pour empêcher la propagation des germes, mais nous n’avons aucune preuve scientifique qu’ils sont meilleurs que le savon et l’eau.  »

Au fil des années, de plus en plus de preuves ont démontré que le triclosan n’est pas seulement nocif pour les humains, mais aussi pour l’environnement en général. Les premières études ont mis en évidence des inquiétudes concernant le fait que ce produit chimique agissait comme un perturbateur endocrinien chez l’homme et augmentait également la proéminence des bactéries résistantes aux antibiotiques.

Un effet sur la santé controversé

L’effet direct du produit chimique sur la santé humaine était controversé. Une étude du gouvernement du Canada, par exemple, a récemment conclu que lorsqu’il est utilisé en faibles concentrations, le triclosan n’est pas nocif pour la santé humaine. Cela inclut les niveaux actuels trouvés dans les cosmétiques, les shampooings et les dentifrices. L’étude canadienne note, cependant, que ce produit chimique peut présenter un danger pour l’environnement, et il a été reconnu pour être très toxique et perturbateur quand il entre dans les écosystèmes fluviaux.

Il a été noté comme l’un des 10 principaux polluants trouvés dans les rivières aux États-Unis. Un résultat encore plus inquiétant venant d’une enquête nationale d’examen de la santé et de la nutrition, a trouvé des traces de triclosan dans 75 pour cent des échantillons d’urine des participants aux États-Unis.

Une nouvelle étude

Cette nouvelle étude, menée par une équipe de l’Université du Massachusetts à Amherst, a cherché à découvrir si le triclosan avait une relation avec l’inflammation intestinale, un problème de plus en plus diagnostiqué. L’équipe a alimenté en quantité, des souris, du produit chimique par rapport aux concentrations qui ont été identifiées dans des échantillons de sang humain. Après trois semaines d’administration chez des souris en bonne santé, une inflammation du côlon a été identifiée.

triclosan

L’équipe a ensuite administré le même régime à des souris qui ont été génétiquement modifiées pour développer une maladie inflammatoire de l’intestin. Après trois semaines, le développement des symptômes liés au syndrome du côlon irritable s’est accéléré de manière significative, de même que le développement et la croissance des cellules cancéreuses du côlon associées aux colites. Un groupe de souris en particulier a montré une durée de vie significativement réduite.

Le microbiome affecté par le triclosan

Les chercheurs ont émis l’hypothèse que le triclosan pourrait affecter le microbiome intestinal et cela pourrait être le mécanisme fondamental entraînant des effets inflammatoires. Pour comprendre ce mécanisme, les chercheurs ont ensuite montré que lorsqu’il est administré à des souris sans germes (celles qui n’ont pas de microbiome intestinal), les effets nocifs du triclosan ont disparu. Il a également été constaté que le triclosan réduisait la diversité de la flore intestinale d’un animal.

« On en connait pas exactement l’impact de ce produit chimique sur la santé humaine ou d’autres espèces », écrit Haixia Yang, l’un des chercheurs du projet. « Notre étude indique qu’il est urgent d’évaluer davantage l’impact de l’exposition au triclosan et de mettre à jour les politiques de réglementation. »

200 scientifiques suggèrent de ne plus utiliser le triclosan

Alors que les régulateurs peuvent se traîner les pieds pour savoir si ce produit chimique est nocif ou non, une déclaration publiée l’année dernière et co-signée par plus de 200 scientifiques et professionnels de la santé, suggère que nous devrions probablement tout simplement ne plus l’utiliser. Appelé « La déclaration de Floride », ce rapport a constaté que, malgré l’absence de preuves définitives de ses effets nocifs, il n’existe aucune preuve concluante de son efficacité en tant qu’agent antimicrobien.

« Les gens pensent que les savons antimicrobiens pour les mains offrent une meilleure protection contre des maladies », explique Barbara Sattler, professeur de santé environnementale à l’Université de San Francisco. « Mais généralement, les savons antimicrobiens ne fonctionnent pas mieux que le savon ordinaire et l’eau. »

En plus de cela, une étude antérieure de l’équipe de l’Université du Massachusetts à Amherst a révélé que ce produit chimique peut atteindre des niveaux de toxicité dans les poils d’une brosse à dents. Pire encore, lorsqu’un dentifrice ne contenant pas de triclosan était appliqué sur une brosse à dents qui avait été en contact avec du triclosan, elle pouvait quand même libérer une quantité de ce produit chimique, potentiellement nocive.

Source : University of Massachusetts Amherst