cils, cellule-cancer-résistance

Une équipe de l’Institut de recherche sur le cancer de Londres dirigée par le Dr Barbara Tanos a découvert que les organelles cellulaires connues sous le nom de «cils» pourraient être la cause de la résistance aux médicaments contre de nombreux cancers. Nous retrouvons des cils dans plusieurs endroits du corps; notamment dans les voies respiratoires, l’intestin, les reins, le foie et plusieurs autres endroits. C’est la raison pour laquelle ils sont si importants et pourraient causer la résistance au cancer chez certaines personnes ayant une cilio-pathologie.

Que sont les cils ?

cils-celluleVoici des cils cellulaires grossis plusieurs fois

Les cils sont des organites tubulaires trouvés à la surface des cellules eucaryotes, qui ont des noyaux liés à la membrane et forment des organismes multicellulaires. Il existe deux sortes de cils, les cils primaires (qui possèdent une fonction sensorielle) et les cils vibratiles. Ces deux sortes de cils ont différentes fonctions, dont la principale est de faciliter la recherche de substances nutritives.

Mais spécifiquement, les cils sensoriels (ou primaires) permettent aux cellules de recevoir des signaux chimiques, thermiques et mécaniques de l’environnement et de déclencher une réponse appropriée. Ils sont une composante essentielle de notre corps, et leur dysfonctionnement est à l’origine d’un large éventail de pathologies.

Une nouvelle étude

Les auteurs de cette nouvelle recherche, publiée le 5 juin dans la revue en ligne Cell Reports, ont voulu étudier le rôle, jusqu’ici plutôt confus, des cils dans la résistance aux médicaments anticancéreux. Les cils semblent inhiber ou accélérer la croissance tumorale même dans le même type de tumeur, selon le contexte; cependant, dans leur étude, les scientifiques ont découvert que les cancers qui sont devenus résistants à certains médicaments avaient des cellules avec des cils plus longs ou plus nombreux qui présentaient des caractéristiques structurelles altérées.

Suite à cette observation, les chercheurs ont commencé à bloquer la croissance ciliaire dans les cellules cancéreuses résistantes aux médicaments, les exposant finalement aux médicaments contre lesquels ils avaient développé une résistance. Un fait intéressant; le manque de cils a rendu le cancer vulnérable aux traitements, permettant aux médicaments d’éliminer jusqu’à 60% des cellules cancéreuses autrefois invulnérables.

Seulement 39% des cellules cancéreuses pulmonaires privées de cils ont réussi à survivre au traitement par l’erlotinib, tandis que 72% des cellules cancéreuses avec cils ont survécu. À l’inverse, l’allongement des cils a augmenté la résistance aux médicaments, rendant les cellules cancéreuses auparavant vulnérables à l’abri d’un traitement. La sensibilité aux médicaments dans les cellules cancéreuses a également été restaurée en bloquant certaines molécules de signalisation dans les cils.

La voie à suivre

Les chercheurs pensent que les cils pourraient jouer un rôle important dans la capacité aux tumeurs à développer une résistance à une variété de médicaments, et pourraient donc être une bonne cible pour de futures tentatives thérapeutiques et peut-être même un moyen universel d’éradiquer le cancer.

Les chercheurs prévoient de mener d’autres études pour approfondir pour avoir une meilleure compréhension de la façon dont les cils aident à conférer aux cellules cancéreuses une résistance aux médicaments existants et comment mieux les cibler pour rendre les cancers vulnérables aux médicaments.

En résumé, cette étude montre que la ciliogenèse aberrante pourrait servir de plate-forme fonctionnelle pour une variété de mécanismes de résistance aux médicaments anticancéreux, et justifie une large stratégie thérapeutique pour surmonter cette résistance.

Source : Cell