recherche-acouphènes-stimulation-électrique

Une personne souffrant d’acouphènes, souvent appelée bourdonnement dans les oreilles, peut entendre une gamme de sons fantômes. Ce trouble peut même être associé à de l’hyperacousie; qui est l’impression d’entendre les sons trop fort venant de l’environnement. Environ 10 à 15 pour cent de la population peuvent éprouver certains de ces symptômes, et cela a un impact perceptible sur la qualité de vie d’environ 1 pour cent des patients.

Un traitement par de faibles impulsions électriques

De nouvelles recherches de l’Université du Michigan pourraient apporter un certain soulagement, grâce à un dispositif expérimental qui atténue ces sons en utilisant des sons précisément chronométrés et de faibles impulsions électriques pour cibler l’activité nerveuse indisciplinée dans le cerveau. Ce faisant, il est capable de « réinitialiser » les cellules nerveuses endommagées à leur état fonctionnel normal. Après quatre semaines d’utilisation quotidienne de l’appareil, les participants à un essai, ont constaté que les effets de l’acouphène diminuaient. En revanche, un traitement par placebo basé sur le son n’a pas eu d’effets positifs similaires.

traitement-acouphènes-recherche

« Le cerveau, et plus précisément la région du tronc cérébral appelée le noyau cochléaire dorsal, est la racine de l’acouphène », a déclaré le professeur Susan Shore, qui a dirigé la recherche, dans un communiqué. « Lorsque les neurones principaux dans cette région, appelés cellules fusiformes, deviennent hyperactifs et se synchronisent les uns avec les autres, le signal fantôme est transmis dans d’autres centres où la perception se produit. Si nous pouvons arrêter ces signaux, nous pouvons arrêter les acouphènes. »

Traiter la cause au lieu d’atténuer 

Il existe un certain nombre de traitements contre les acouphènes, allant de l’utilisation de sons réels pour masquer les sons fantômes à des approches beaucoup plus invasives (et potentiellement dangereuses) comme la stimulation cérébrale profonde. Ce qui rend cette nouvelle découverte si prometteuse est qu’elle offre un moyen non invasif de traiter les acouphènes avec un risque réduit et, potentiellement, des effets plus durables car elle traite les voies nerveuses qui causent le trouble, plutôt que d’essayer simplement d’atténuer ses effets. Le terme exact de cette nouvelle approche est appelé par les chercheurs : « stimulation auditive somatosensorielle bimodale. »

Les chercheurs espèrent optimiser davantage ce traitement, en déterminant par exemple quels groupes de patients bénéficieront le plus de ce traitement et en déterminant la durée optimale pour chaque patient. L’appareil est toujours considéré comme expérimental et n’est pas prêt pour la commercialisation.

Un article décrivant cette recherche a récemment été publié dans la revue Science Translational Medicine.