satellite-débris-test-station-spatial-internationale

Le premier engin spatial à faire la démonstration des technologies actives de retrait des débris spatiaux – comme un harpon, un filet et une drague – a été libéré de la Station spatiale internationale pour commencer sa mission. Les astronautes de la station spatiale ont envoyé le vaisseau spatial « RemoveDebris » de 100 kilogrammes pour sa mission pionnière en utilisant le Canadarm2, le bras robotique de 17,6 mètres utilisé pour l’entretien et la capture des cargos.

L’engin « RemoveDebris »

Selon NanoRacks, la société basée à Houston qui coordonne le déploiement de « RemoveDebris« , le vaisseau spatial est la plus grande charge utile déployée depuis la station spatiale. Cet engin s’est éloigné de l’avant-poste orbital vers 7h30 HAE le mercredi 20 juin. Des ingénieurs de l’Université du Surrey au Royaume-Uni ont confirmé environ deux heures plus tard qu’ils avaient contacté le vaisseau spatial depuis leurs installations de Guildford, dans le Surrey, une petite ville du sud de l’Angleterre.

Les contrôleurs au sol passeront les deux prochains mois à allumer tous les sous-systèmes du satellite et à vérifier qu’ils fonctionnent comme prévu, selon Guglielmo Aglietti, directeur du Centre spatial de Surrey à l’Université de Surrey et chercheur principal de l’Union européenne, laquelle a amassé plus de 5,2 millions d’euros. « Nous prévoyons de commencer les expériences en septembre », a déclaré Aglietti. « Nous aurons besoin de trois à quatre semaines pour chaque expérience, parce que nous voulons capturer une vidéo haute définition de chaque expérience, et pour avoir une belle vidéo, vous devez attendre que le vaisseau spatial soit dans la bonne position et qu’il soit bien éclairé. »

Quatre expériences sont prévues

Le géant européen de l’aéronautique Airbus a conçu et construit trois des quatre expériences prévues à bord du vaisseau spatial. L’expérience de capture de débris, développée sur le site d’Airbus à Brême, en Allemagne, sera réalisée en octobre, a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Premièrement, le vaisseau spatial « RemoveDebris » libèrera un petit « cubesat » et le laissera s’éloigner à une distance d’environ 5 à 7 mètres. Ensuite, le vaisseau spatial principal éjectera le filet pour tenter de capturer le « cubesat ». En décembre, « RemoveDebris » testera la technologie de navigation basée sur la vision développée par Airbus à Toulouse, en France. Cette technologie utilisera un ensemble de caméras 2D et la technologie lidar 3D pour suivre un deuxième « cubesat » qui flottera loin du satellite principal.

En février 2019, la dernière des trois expériences d’Airbus aura lieu. « RemoveDebris » tirera un harpon de la taille d’un stylo dans un panneau qui se déploiera à partir du vaisseau spatial principal attaché à une perche. Enfin, en mars 2019, le vaisseau spatial « RemoveDebris » déploiera une voile mise au point par le Centre spatial de Surrey, qui accélérera le processus de désorbitation du satellite. « La voile produit une quantité importante de traînée de sorte que le vaisseau spatial ralentira et se désintégrera beaucoup plus rapidement que sans la voile », a déclaré Aglietti.

removedebris

Les débris spatiaux sont un problème croissant

« Nous nous attendons à ce que « RemoveDebris » soit désorbité en moins de 10 semaines », a-t-il déclaré. « Sans la voile, cela pourrait prendre 100 semaines ou même plus. » Aglietti a déclaré qu’il s’attend à ce que l’industrie spatiale surveille de près les expériences. Les débris spatiaux sont un problème croissant, et les agences spatiales du monde entier conviennent que des mesures doivent être prises pour s’attaquer à ce problème. Selon Aglietti, l’utilisation d’une voile réduirait la durée de séjour des satellites en orbite, réduisant ainsi le risque qu’ils entrent en collision avec d’autres vaisseaux spatiaux.

Les technologies de retrait des débris spatiaux, tels que les harpons et les filets, deviennent également de plus en plus importantes. Même si tout le monde respectait la réglementation, cela ne suffirait pas, affirment les experts. Satomi Kawamoto, de l’Agence japonaise d’exploration aérospatiale (JAXA), a déclaré lors d’une conférence l’année dernière que plus de 100 objets doivent être retirés à raison de cinq par an pour stopper la prolifération de fragments résultant des collisions en orbite.

« Nous avons fait beaucoup de tests sur le terrain, mais ce sera la première fois que ces technologies seront testées dans l’espace », a déclaré Aglietti. «Nous ne pouvons pas reproduire à 100% la situation en orbite sur le terrain, pour nous tout ce qui se passera pendant la mission sera une expérience d’apprentissage, nous pourrons voir pour la première fois comment ces technologies fonctionnent dans l’espace.

L’Agence Spatiale Européenne (ESA) envisageait à l’origine d’utiliser le harpon et le filet pour sa mission « e.Deorbit« , qui tentera de retirer « Envisat », un satellite d’observation de la Terre de taille bus, mort en 2012. C’est l’un des plus grands et dangereux débris spatial en orbite terrestre basse. Cependant, l’agence a décidé d’utiliser un bras robotique à la place du harpon et du filet, puisque le bras peut être réutilisé pour des missions de maintenance orbitale, a déclaré Luisa Innocenti, responsable de l’initiative Espace propre de l’ESA l’année dernière.

Source : Space