encelade-molécules-complexes-organiques-eau

Des molécules organiques complexes ont été découvertes pour la première fois dans les profondeurs de la lune Encelade de Saturne, rapporte une nouvelle étude. Le vaisseau spatial prévu pour le prochain lancement pourrait explorer ce que cette nouvelle découverte nous dit au sujet des chances de trouver la vie dans les lunes glacées comme Encelade, selon les chercheurs.

Cassini avait détecter des panaches de vapeur d’eau

La sixième plus grande des lunes de Saturne, Encelade fait seulement environ 505 kilomètres de diamètre. Cela rend la lune assez petite pour s’adapter à l’intérieur des frontières de l’Arizona. En 2005, le vaisseau spatial Cassini de la NASA a détecté des panaches de vapeur d’eau et de particules de glace qui sortaient d’Encelade, révélant l’existence d’un océan géant caché sous la carapace gelée de la lune. Parce qu’il y a de la vie pratiquement partout où il y a de l’eau sur Terre, ces résultats suggèrent que la vie pourrait également exister sur Encelade.

Auparavant, les scientifiques n’avaient détecté que des composés organiques simples (à base de carbone), chacun d’une taille inférieure à environ cinq atomes de carbone, dans les panaches d’Encelade. Maintenant, les chercheurs ont détecté des molécules organiques complexes, dont certaines avaient au moins 15 atomes de carbone.

Les données de Cassini 

« C’est la toute première détection de composés organiques complexes provenant d’un monde aquatique extraterrestre », a déclaré à Frank Postberg, un scientifique planétaire de l’Université de Heidelberg en Allemagne.

Les scientifiques ont analysé les données recueillies par Cassini lorsqu’il a survolé un panache d’Encelade, ainsi que lorsque la sonde a traversé l’anneau E de Saturne, constitué de grains de glace crachés d’Encelade. Les chercheurs ont détecté des grains de glace chargés de matière organique complexe à la fois dans le panache et dans l’anneau E. Les chercheurs ont conjecturé que ces matériaux organiques ont été « cuits » à l’intérieur du noyau, chaud, rocheux et fragmenté d’Encelade, qui, selon les travaux antérieurs, avait de l’eau qui s’infiltrait à travers ses pores.

anneau-e

« Les matières organiques sont ensuite injectées, avec l’eau chaude, dans l’océan plus frais sous-jacent par des évents hydrothermaux », a déclaré Postberg. « Ensuite, ils peuvent être transportés vers le haut à la surface de l’océan sur les parois des bulles montantes de gaz. » Postberg a noté que la plupart des grains de glace chargés en matière organique que les chercheurs ont découverte étaient dans l’anneau E de Saturne. Cela pourrait suggérer que ces molécules organiques complexes n’ont pas été produites dans Encelade, mais plutôt résultent de réactions chimiques déclenchées par la lumière du soleil dans l’espace.

« Cependant, nous observons la plus grande proportion de ces composés organiques complexes dans le jeune anneau interne, proche d’Encelade, par rapport à l’ancien anneau extérieur E loin d’Encelade », a déclaré Postberg. « En outre, nous voyons également les composés organiques complexes directement dans le panache. »

Ce ne sont pas des preuves solides pour la vie

Les chercheurs ont mis en garde que ces nouveaux résultats ne sont pas des preuves solides pour la vie, que les réactions biologiques ne sont pas les seules sources potentielles de molécules organiques complexes. La prochaine étape logique est de retourner bientôt analyser Encelade « et voir s’il y a une vie extraterrestre », a déclaré Postberg. « Nulle part ailleurs un habitat océanique extraterrestre potentiellement habitable ne peut être aussi facilement sondé par une mission spatiale que dans le cas d’Encelade. »

Postberg a ajouté que la NASA et l’Agence spatiale européenne ont déjà des missions en préparation; Europa Clipper et JUICE, respectivement, dont le lancement est prévu en 2022 et qui visera Europe et Ganymède, les lunes glacées de Jupiter qui ont des océans sous-marins. Ces missions vérifieront l’habitabilité de ces mondes. Les scientifiques ont détaillé leurs résultats en ligne le 27 juin dans la revue Nature.

Source : Space