spacex-lancement-station-spatial-revitaillement-dragon

Une fusée de SpaceX, la Falcon 9 à deux étages a illuminé le ciel de la Floride en début de matinée en lançant sa capsule Dragon vers la Station spatiale internationale (ISS) pour une mission de livraison à 5h42 HAE depuis la base Cape Canaveral Air Force Station. Elle arrivera à la station spatiale tôt le 2 juillet. Ce décollage était le deuxième pour la première étape de la Dragon et du Falcon 9; la capsule a déjà visité l’ISS en juillet 2016, et a contribué au lancement du satellite d’étude des exoplanètes de la NASA en avril dernier. La réutilisation de cette fusée en 10 semaines a été l’opération la plus courte jamais réalisée, ont indiqué des représentants de la compagnie.

« Dès le départ, SpaceX a entrepris de faire en sorte que les vols spatiaux s’apparentent davantage aux voyages aériens commerciaux – nous voulons les rendre sûrs et abordables et utiliser des véhicules pouvant être réutilisés à plusieurs reprises », a déclaré Jessica Jensen, directrice de SpaceX lors d’une conférence de presse avant le lancement le 28 juin. « C’est la clé de l’avenir d’une civilisation où des milliers à des millions de personnes exploreront les étoiles et vivront sur d’autres planètes », a-t-elle ajouté.

Lundi matin

Si tout se passe comme prévu, la Dragon arrivera à la station tôt lundi matin. Les membres de l’équipage commenceront alors à décharger les 2 700 kilogrammes de fournitures emballées à bord de la capsule. Plus de la moitié de cette charge – soit 1 757 kg, pour être exact – sont des engins scientifiques, ont déclaré les responsables de la NASA lors de la conférence de presse d’hier.

L’un des éléments les plus importants de cet équipement de recherche est l’instrument ECOSTRESS (Ecosystem Space Radiometer), qui mesurera la température de la végétation autour de la Terre avec une précision de quelques dixièmes de degré seulement. Les observations d’ECOSTRESS aideront les scientifiques à comprendre comment les plantes réagissent au stress thermique et au manque d’eau, ont indiqué les responsables de la NASA. L’instrument aidera également à surveiller les vagues de chaleur urbaine, l’activité volcanique et les incendies de forêt.

Plusieurs études à bord de l’ISS

« Nous serons en mesure de voir un feu de joie sur une plage », a déclaré Simon Hook, chercheur principal d’ECOSTRESS, au Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie, dans un communiqué. De plus, à bord de la Dragon il y a une expérience conçue pour déterminer si les cellules cultivées en microgravité peuvent servir de modèle pour évaluer l’efficacité de certains médicaments de traitement du cancer. Une autre étude vise à concevoir des algues pour la croissance en microgravité.

« La culture des algues offrirait un grand potentiel en tant que système de recyclage du dioxyde de carbone, qui est l’une des choses dont nous avons besoin dans nos systèmes de survie », a déclaré David Brady, assistant scientifique de la NASA. « Elles pourraient également potentiellement fournir de la nourriture pour les membres d’équipage pour de longs voyages spatiaux. »

il y a également le CIMON (Crew Interactive Mobile Companion), un projet conjoint de l’agence spatiale allemande (DLR) et de la société aéronautique Airbus basée aux Pays-Bas. Le CIMON de 5 kg est un assistant astronaute doté d’une intelligence artificielle capable de voir, d’entendre et de parler. Sa mission principale à bord de l’ISS consistera à démontrer «la coopération entre les humains et les machines intelligentes sous la forme d’une expérience technologique», ont écrit les responsables du DLR dans une description du projet.

Un séjour d’un mois

La capsule Dragon restera attachée à l’ISS pendant un mois, et retournera sur Terre pour un largage dans l’océan et sa récupération par bateau se fera le 2 août. De plus elle transportera 1 297 kg de matériel scientifique lors de son voyage de retour, a déclaré Brady. Le lancement qui a eu lieu aujourd’hui a donné le coup d’envoi de la 15e mission de ravitaillement de SpaceX, connue sous le nom de CRS-15, dans le cadre de son contrat de plusieurs milliards de dollars avec la NASA. («CRS» signifie «services de réapprovisionnement commerciaux».)

Northrop Grumman Innovation Systems détient un accord similaire avec la NASA; l’entreprise réalise ses cargaisons à l’aide de robots Cygnus et de fusées United Launch Alliance Atlas V. (La NASA a signé ce contrat de réapprovisionnement avec la société Orbital ATK basée en Virginie, que Northrop Grumman a récemment acquise.)

Avec un équipage

SpaceX prévoit de faire voler des capsules Dragon de première génération lors de la mission CRS-20, a expliqué Jensen. Après cela, la compagnie passera à sa capsule « Dragon 2 »; la variante que SpaceX développe en ce moment pour faire des vols avec un équipage vers et depuis l’ISS sous un autre contrat de la NASA. (Le géant de l’aérospatiale Boeing détient également un contrat d’équipage commercial avec l’agence spatiale). Mais les vols de réapprovisionnement de la Dragon 2 seront toujours robotisés, a déclaré Jensen. « Ce que nous ferons, fondamentalement, c’est de changer les sièges et les consoles pour offrir un espace de logement. », a-t-elle expliqué.

Source : Space