perception-relative-jugemen-humain

Pensons-nous qu’un problème persiste même quand il est devenu moins fréquent ? Des chercheurs ont démontré expérimentalement, que lorsque le «signal» qu’une personne recherche devient rare, elle répond naturellement en élargissant sa définition du signal – et continue donc à le trouver, même lorsqu’il n’est plus là.

Des normes de perceptions changeantes

De la perception des couleurs à des jugements éthiques, il y a une forte tendance à ce que les normes de perception et de jugement «s’élargissent» lorsqu’elles ne le devraient pas. Par exemple, des chercheurs ont montré aux participants non-daltoniens une série de 1000 points allant du très bleu au très violet, et leur ont demandé de juger si chaque point était bleu.

Pour les 200 premiers essais, les participants ont vu un nombre égal de points provenant des parties bleues et violettes du spectre, mais ensuite la prévalence des points bleus a progressivement diminué à une fraction de ce qu’elle était auparavant. À la fin de l’étude, l’interprétation des couleurs par les participants avait changé: les points qu’ils pensaient être violets dans la première série d’essais, ils les classaient maintenant en bleu, rapportent les auteurs dans Science. Autrement dit, leur concept de la couleur bleue s’était élargi pour inclure également des nuances de violet.

Le même phénomène s’est produit lorsque ont montré aux participants des visages menaçants et neutres; lorsque les visages neutres devenaient rares, les participants ont commencé à catégoriser ces visages comme étant menaçants.

Un phénomène qui explique certains comportements

Ce phénomène a de vastes implications qui peuvent aider à expliquer la raison pour laquelle les personnes dont le travail est de trouver et des solutions à des problèmes, ne peuvent souvent pas dire quand leur travail est bien fait. Ce changement de concept induit par la prévalence a eu lieu même lorsque les participants en étaient prévenus et même quand ils étaient payés pour y résister. Les problèmes sociaux peuvent sembler insurmontables en partie parce que la réduction de leur prévalence amène les gens à en voir davantage.

Ces résultats pourraient expliquer pourquoi les gens ont tendance à être pessimistes quant à l’état du monde, expliquent les chercheurs. L’humanité a fait de grands progrès quant aux problèmes sociaux, tels que le niveau de pauvreté et d’analphabétisme, mais à mesure que ces problèmes deviennent moins fréquents, des problèmes mineurs ont commencé à apparaître comme étant beaucoup plus problématiques.

Source : Science