libellule-vole-arrière-découvert

Les libellules sont des acrobates du ciel. Ils peuvent voler à l’envers, tourner à 360° sur une pièce de dix sous et voler à plus de 55 kilomètres à l’heure. Ils peuvent même voler en arrière avec autant d’habileté qu’ils volent vers l’avant. Maintenant, les chercheurs ont compris comment ils exécutent cet exploit

Les scientifiques ont capturé plus de 40 libellules dans la nature et placé des points sur leurs ailes pour enregistrer leurs mouvements. Ils ont ensuite laissé les insectes aller dans le laboratoire et les ont enregistrés avec des caméras à haute vitesse.

Analyser des vidéos

Lorsque les scientifiques ont analysé les vidéos, ils ont découvert que les libellules inclinent leur corps vers le haut, comme un hélicoptère, quand ils volent en arrière. Ils utilisent leurs ailes pour reculer avec la même force qu’ils utilisent pour se propulser vers l’avant. Voler en arrière est étonnamment aérodynamique pour les insectes, qui n’utilisent pas plus d’énergie que quand ils volent vers l’avant. L’équipe a rapporté leur découverte la semaine dernière dans le Journal de la Royal Society Interface.

Les résultats suggèrent que les libellules sont capables de voler en arrière pendant une longue période de temps. Ils sont également capables de décoller de différentes positions de repos, ce qui est pratique lorsqu’il y a un obstacle – ou un prédateur – devant eux. ce travail peut également aider les ingénieurs à concevoir des robots aériens plus adroits.

Des drones autonomes plus agiles

En effet, les drones autonomes gagnent en popularité depuis quelques années. En comprenant mieux la façon dont ces insectes utilisent leurs corps et leurs ailes, les ingénieurs qui conçoivent des drones, pourront intégrer cette découvert du vole arrière dans les appareils, Nous aurions ainsi accès à de engins véritablement autonomes qui pourraient voler plus facilement, en réduisant les probabilités d’accidents.

Par exemple, le nouveau drone Anafi de Parrot, qui a été dévoilé il y a quelques semaines, deviendrait encore plus agile dans des environnements complexes. Si cela arrive un jour, les créateurs de ce petit drone pourront remercier la science pour avoir fait cette découverte.

crédit photo : Boris Smokrovic
Source : Science