ia-médecine-chine

L’intelligence artificielle serait-elle plus efficace pour identifier des maladies chez l’humain ? Probablement; un système d’intelligence artificielle (IA) a réussi deux concours organisées en Chine à Beijing, pour diagnostiquer des tumeurs cérébrales et prédire l’expansion des hématomes, et ce, face à l’élite médicale.

Le système BioMind AI

Le système BioMind AI, développé par le Centre de recherche sur les troubles neurologiques de l’hôpital Tiantan de Beijing et une équipe de recherche de la Capital Medical University, a établi des diagnostics corrects dans 87 % des 225 cas en 15 minutes, alors qu’une équipe de 15 médecins a seulement atteint une précision de 66 %.

L’IA a également donné des prédictions correctes dans 83 % des cas d’expansion d’hématome cérébral, surpassant la précision de 63 % parmi un groupe de médecins d’hôpitaux renommé à travers le pays. « Ces résultats pour les médecins humains étaient tout à fait normaux et même meilleurs que la moyenne dans les hôpitaux en Chine », a déclaré Gao Peiyi, chef du département de radiologie à l’hôpital de Tiantan, une institution de premier plan en neurologie et en neurochirurgie.

Des dizaines de milliers d’images

Pour former l’IA, les développeurs ont alimenté des dizaines de milliers d’images de maladies liées au système nerveux que l’hôpital de Tiantan a archivées au cours des 10 dernières années, ce qui lui permet de diagnostiquer des maladies neurologiques communes telles que le méningiome et le gliome. Tous les cas étaient réels et appartenaient à l’hôpital, mais jamais ils n’ont été utilisés comme matériels de formation pour l’IA, selon l’organisateur.

Wang Yongjun, vice-président exécutif de l’hôpital de Tiantan, a déclaré qu’il ne se souciait pas vraiment de savoir qui allait gagner, car le concours n’avait jamais pour but de mettre les humains au défi contre la technologie, mais d’aider les médecins à apprendre.

« J’espère que grâce à cette compétition, les médecins pourront faire l’expérience de la puissance de l’intelligence artificielle, particulièrement pour certains médecins sceptiques sur l’intelligence artificielle, espérant qu’ils pourront mieux comprendre l’intelligence artificielle et éliminer leurs craintes ».

Un ami

La Dr. Lin Yi qui a participé et a perdu au deuxième concours, a déclaré qu’elle accueillait l’IA, car ce n’est pas une menace mais un « ami ». L’IA permettra non seulement de réduire la charge de travail, mais aussi de pousser les médecins à continuer à apprendre et à améliorer leurs compétences, a déclaré Lin.

Bian Xiuwu, académicien à l’Académie chinoise des sciences et membre du jury de la compétition, a déclaré qu’il n’y a jamais eu de réponse correcte absolue pour diagnostiquer les maladies en développement, et que l’IA servirait seulement d’assistant aux médecins pour donner des résultats préliminaires.

Le Dr Paul Parizel, ancien président de la Société européenne de radiologie et un autre membre du jury, a également convenu que l’IA ne remplacera pas les médecins, mais fonctionnera plutôt comme le GPS pour les conducteurs. Le Dr Gauden Galea, représentant de l’Organisation mondiale de la santé en Chine, a déclaré que l’IA est un outil passionnant pour les soins de santé, mais qu’il est encore à un stade primitif.

La Chine

Selon la taille de sa population et l’énorme volume de données médicales numériques accessibles, la Chine a un avantage unique dans le développement de l’IA médicale, selon Galea. La Chine a conçu une série de plans dans le développement d’applications de l’IA au cours des dernières années.

En 2017, le Conseil d’État a publié un plan de développement de la nouvelle génération d’intelligences artificielles et le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information a publié un plan d’action triennal pour promouvoir le développement d’une nouvelle génération d’intelligences artificielles.

Ce plan d’action proposait de développer des systèmes de diagnostic assistés par l’imagerie médicale pour soutenir la médecine dans divers domaines.

Source : Xinhua Net