réservoir-impression-3D

L’impression en 3D est la nouvelle tendance dans plusieurs domaines, comme la construction de maisons. Mais Lockheed Martin vient de porter l’impression 3D à de nouveaux sommets, imprimant un énorme dôme en titane destiné aux réservoirs de carburant des satellites. C’est la plus grande partie d’un engin spatial que l’entreprise a imprimé en 3D à ce jour, et il mesure 117 cm de diamètre.

Un dôme imprimé en 3D

Ce dôme est également significativement plus grand que la précédente structure imprimée en 3D de l’entreprise. Auparavant, une autre grande partie avait la taille d’un grille-pain, et servait de boîtier électronique pour le programme de satellite Advanced Extremely High Frequency.

Ce mois-ci, la nouvelle structure de Lockheed Martin a passé ses derniers tests de qualité, mettant un terme à un programme de développement pluriannuel, visant à construire de grands réservoirs haute pression pouvant transporter du carburant à bord de satellites. Faite de titane, la structure est composée de trois parties, qui, nous devons le souligner, ne sont pas en fait tous imprimés en 3D. Il y a deux dômes qui sont au sommet de la structure, ainsi qu’un cylindre en titane de longueur variable qui sert de réservoir principal. Les deux dômes ont été imprimés en 3D, tandis que le cylindre a été construit en utilisant des méthodes de fabrication traditionnelles.

« Nos plus grandes pièces imprimées en 3D à ce jour montrent que nous sommes engagés dans un avenir où nous produirons des satellites deux fois plus rapidement et à moitié prix », a déclaré Rick Ambrose, vice-président exécutif de Lockheed Martin Space. « Et nous allons de l’avant pour de meilleurs résultats. Par exemple, nous avons diminué de 87 % le temps pour construire les dômes, réduisant ainsi le délai de livraison total de deux à trois mois.

Plus rapide et moins de gaspillage

L’impression 3D pour le réservoir de carburant n’est pas simplement destinée au spectacle. Non seulement le processus est beaucoup plus rapide que les méthodes traditionnelles, mais il contribue également à réduire le gaspillage dans le processus de construction. Lockheed Martin note que les techniques d’impression non-3D peuvent gaspiller plus de 80 % des matériaux. Mais l’impression 3D utilise prétendument tout le titane utilisé durant sa conception, ce qui rend ce processus beaucoup plus efficace.

« Nous avons autofinancé cet effort de conception et de qualification afin d’aider nos clients à aller plus vite, et à réduire leurs coûts », a expliqué M. Ambrose. « Ces réservoirs font partie d’une transformation totale de la façon dont nous concevons et livrons la technologie spatiale. Nous faisons de grands progrès dans l’automatisation, la conception de la réalité virtuelle et les points communs au sein de notre gamme de produits par satellite. Nos clients veulent plus de vitesse et de valeur sans sacrifier la capacité des engins spatiaux, et nous avons répondu à l’appel. «