ocytocine-prosopagnosie

Nous connaissons tous l’acteur Thierry Lhermitte, dont la réputation n’est plus à faire. Il a joué dans plusieurs films qui ont connu un grand succès. Mais peu de gens savent qu’il est affecté par une étrange maladie, dont le nom est la prosopagnosie, et qui se caractérise par l’incapacité à se souvenir des visages. Il n’existe aucun médicament pour guérir cette agnosie de type visuel.

L’ocytocine

Mais un traitement pourrait aider à améliorer la vie des gens ayant la prosopagnosie, il s’agit de l’ocytocine. C’est la conclusion d’une recherche menée par la Dr Sarah Bate et la Dr Rachel Bennetts du Center for Face Processing Disorders à l’Université de Bournemouth, qui a été présenté lors de la conférence de la British Psychological Society sur le développement cognitif.

La Dr Bate a expliqué: «La prosopagnosie est caractérisée par une déficience grave de la reconnaissance faciale, par laquelle une personne ne peut pas identifier les visages de sa famille ou de ses amis, ou même parfois son propre visage. »

Les chercheurs ont testé 20 adultes (10 ayant la prosopagnosie et 10 participants de contrôle). Chaque participant a visité le laboratoire à deux reprises, à environ deux semaines d’intervalle. Lors d’une visite, ils ont inhalé un vaporisateur nasal d’ocytocine et, lors de l’autre visite, ils ont inhalé un spray placebo. Les deux sprays ont été préparés par une société pharmaceutique externe dans des flacons identiques, et ni les participants, ni les chercheurs, ne connaissaient le contenu des sprays tant que les données n’avaient pas été analysées.

Quelle que soit la pulvérisation de l’inhalation, les séances lors des tests avaient un format identique. Les participants ont inhalé 24 UI de l’aérosol d’ocytocyne, puis se sont assis tranquillement pendant 45 minutes pour permettre à la pulvérisation de faire effet. Ils ont ensuite participé à deux tests de visualisation de visages: l’un testant leur capacité à se souvenir des visages et l’autre testant leur capacité à faire correspondre les visages à la même identité.

Des scores plus élevés avec l’ocytocine

Les chercheurs ont constaté que les participants, atteints de prosopagnosie obtenaient des scores plus élevés, lors des deux tests de traitement des visages avec l’ocytocine. Fait intéressant, aucune amélioration n’a été observée chez les participants du groupe témoin, ce qui indique que ce médicament pourrait être plus efficace chez les personnes dont les systèmes de reconnaissance faciale sont altérés.

Les dix participants initiaux atteints de prosopagnosie avaient une forme développementale de la maladie. Les personnes atteintes de prosopagnosie développementale n’ont jamais subi de lésions cérébrales, et cette forme est très fréquente, affectant une personne sur 50. Beaucoup plus rarement, les gens peuvent acquérir la prosopagnosie suite à une lésion cérébrale. Quelques semaines plus tard, les chercheurs ont eu l’occasion de tester ce traitement chez une personne atteinte de prosopagnosie acquise, et ont également observé une amélioration importante après l’inhalation d’ocytocine chez cet individu.

Une preuve que l’ocytocine peut aider

La Dr Bate a déclaré: «cette étude fournit la première preuve que l’ocytocine peut être utilisée pour améliorer la reconnaissance faciale, chez les personnes ayant la prosopagnosie congénitale ou acquise, dont les effets devraient durer 2 à 3 heures. Cependant, beaucoup plus de recherches doivent être effectuées, car nous ne savons pas actuellement s’il y a des avantages ou des risques associés à l’inhalation à long terme de ce neuropeptide, ni si sa durée peut être prolongée plus de 3 heures.  »

Bien que cette étude soit relativement ancienne, elle prouve qu’il est possible d’aider les gens atteints de la prosopagnosie. Mais comme l’a justement précisé la Dr Bate, d’autres recherches devront être faites, avant que ce traitement puisse être recommandé aux gens ayant une des deux formes de la prosopagnosie.

Source : Science direct

Référence : NCBI