blue-origin-étape-importante

Blue Origin est de plus en plus proche d’envoyer des gens dans l’espace. Avec des billets qui devraient coûter entre 200 000 $ et 300 000 $. Plus tôt cette semaine, l’entreprise spatiale de Jeff Bezos a achevé son test le plus important; la séparation en direct de sa capsule d’équipage et de son propulseur de fusée. Tout s’est déroulé comme prévu et parce que l’équipage a déclenché son moteur d’évacuation au bon moment, la capsule a été envoyée plus loin dans l’espace que jamais auparavant.

Avec cette réussite, Blue Origin est plus proche que jamais de son objectif de devenir pleinement opérationnelle d’ici la fin de 2018. Ce lancement marque la neuvième occasion pour Blue Origin et la troisième pour la capsule New Shepard. Comme les vaisseaux spatiaux et les boosters de SpaceX, les deux principaux composants de Blue Origin sont destinés à être réutilisés. Au total, le lancement a duré environ 150 secondes, après quoi le moteur a été coupé. La capsule a ensuite passé le reste de son chemin dans l’espace, tandis que le booster redescendait sur Terre, engageant son train d’atterrissage et ses freins à propulsion our atterrir en toute sécurité sur le sol.

La capsule utilise des parachutes pour atterrir, elle a finalement flotté pendant environ neuf minutes (le tout a duré 11 minutes) et a atteint une vitesse maximale de 3 600 km/h et une hauteur maximale de 118 kilomètres au-dessus de la surface de la Terre.

Ce lancement a clairement captivé l’imagination du public, alors que plus de 20 000 personnes ont regardé la diffusion en direct sur YouTube pour voir le test de Blue Origin. Peut-être qu’une partie de l’intérêt a été stimulée par la probabilité que ces observateurs deviennent un jour des passagers de l’espace. Pendant le test, les ingénieurs de Blue Origin ont placé un mannequin à l’intérieur de la capsule pour représenter un passager humain.

« Le mannequin a probablement atteint un sommet de 10 G », a déclaré Ariane Cornell de Blue Origin pendant le livestream. « Il est important pour nous de savoir que nous pouvons ramener les gens sur Terre en toute sécurité, et ce sera l’un de nos objectifs dans les mois à venir. »