inverser-les-signes-du-vieillissement-découverte

Serait-il possible d’inverser les signes du vieillissement, comme la peau ridée et la perte de cheveux ? Keshav Singh, Ph.D., et ses collègues ont fait exactement cela, dans un modèle de souris développé à l’Université de l’Alabama à Birmingham. Quand une mutation menant à un dysfonctionnement mitochondrial est induite, la souris développe une peau ridée et une perte de cheveux importante.

Une dysfonction mitochondriale 

Lorsque la fonction mitochondriale est rétablie en désactivant le gène responsable du dysfonctionnement mitochondrial, la souris revient à la normal, avec une peau lisse et une fourrure épaisse, indiscernable d’une souris saine du même âge.

« À notre connaissance, cette observation est sans précédent », a déclaré Singh, professeur de génétique. Fait important, la mutation qui produit cela est dans un gène nucléaire affectant la fonction mitochondriale – les minuscules organites connus comme les centrales des cellules. De nombreuses mitochondries dans les cellules produisent 90 % de l’énergie chimique dont les cellules ont besoin pour survivre.

Chez les humains, une détérioration de la fonction mitochondriale est observée au cours du vieillissement, et la dysfonction mitochondriale peut entraîner des maladies liées à l’âge. Une déplétion de l’ADN dans les mitochondries est également impliquée dans les maladies mitochondriales humaines, comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, les troubles neurologiques associés à l’âge et le cancer.

«Ce modèle de souris devrait offrir une opportunité sans précédent pour le développement de stratégies thérapeutiques préventives et thérapeutiques, visant à augmenter les fonctions mitochondriales pour le traitement de la pathologie cutanée et capillaire, associée au vieillissement et d’autres maladies humaines, dans lesquelles la dysfonction mitochondriale joue un rôle significatif. », explique le professeur Singh.

Une mutation induite par la doxycycline 

La mutation dans le modèle de la souris est induite lorsque l’antibiotique doxycycline est ajouté à la nourriture ou à l’eau potable. Cela provoque une déplétion de l’ADN mitochondrial, car l’enzyme de réplication de l’ADN devient inactive. Après l’absorption de cet antibiotique, en quatre semaines les souris ont montré des poils gris, la perte de poils, des mouvements ralentis et de la léthargie. Des changements qui rappellent le vieillissement naturel chez l’humain. Une peau ridée a été observée quatre à huit semaines après l’induction de la mutation, et les femelles présentaient des rides cutanées plus sévères que les mâles.

souris-peau-ridée-et-perte de poils

Ces photos montrent la perte de poils et la peau ridée après deux mois d’absorption de la doxycycline, et la même souris un mois plus tard après l’arrêt de la doxycycline, permettant la restauration de l’ADN mitochondrial.

La mutation a un rôle plus important pour la peau 

Peu de changement a été observé dans d’autres organes lorsque la mutation a été induite, suggérant un rôle important pour les mitochondries dans la peau par rapport à d’autres tissus.

La peau ridée a montré des changements similaires à ceux observés dans le vieillissement intrinsèque et extrinsèque – le vieillissement intrinsèque est le processus naturel du vieillissement, et le vieillissement extrinsèque est l’effet de facteurs externes qui influent sur le vieillissement, tels que les rides de la peau lorsque, par exemple, une personne fume. Cela peut aggraver ses rides.

Parmi les détails importants, la peau des souris à mutation induite a montré un nombre accru de cellules de la peau, un épaississement anormal de la couche externe, des follicules pileux dysfonctionnels et une inflammation accrue qui semblait contribuer à la pathologie cutanée. Ceux-ci sont similaires au vieillissement extrinsèque de la peau chez l’humain. Les souris ayant un ADN mitochondrial appauvri ont également montré une expression modifiée de quatre marqueurs associés au vieillissement dans leurs cellules, ce qui est similaire au vieillissement intrinsèque.

Le collagène est important pour une peau saine

La peau a également montré une perturbation de l’équilibre entre les enzymes métalloprotéinases matricielles et leur inhibiteur spécifique tissulaire – un équilibre de ces deux est nécessaire pour maintenir les fibres de collagène dans la peau; ce qui empêche le froissement.

Les mitochondries des souris à mutation induite ont réduit la teneur en ADN mitochondrial, l’expression altérée des gènes mitochondriaux et l’instabilité des grands complexes dans les mitochondries qui sont impliquées dans la phosphorylation oxydative. L’inversion de la mutation rétablit la fonction mitochondriale, ainsi que la pathologie cutanée et capillaire. Cela a montré que les mitochondries sont des régulateurs réversibles du vieillissement de la peau et de la perte de cheveux, une observation que Singh appelle « surprenante ».

« Cela suggère que les mécanismes épigénétiques qui sous-tendent les interférences entre les mitochondries et les noyaux doivent jouer un rôle important dans la restauration du phénotype normal de la peau et des cheveux », a indiqué M. Singh, professeur de pathologie. « D’autres expériences sont nécessaires pour déterminer si les changements phénotypiques dans d’autres organes peuvent également être inversés au niveau originel, par la restauration de l’ADN mitochondrial. »

Les résultats de cette recherche ont été publiés dans Cell Death and Disease.

Source : UAB News