blanchiment-des-dents-nouvelle-technique

Peu importe ce que vous pensez de la pratique du blanchiment des dents, il ne s’agit pas simplement d’une mode passagère, car si vos dents ne sont pas blanches, cela peut être un signe d’une maladie, comme la gingivite, la résorption dentaire, ou la stomatite ulcéreuse, et cela peut nuire à votre santé. Des scientifiques de l’Université de Nanchang en Chine sont sur le point de rendre plus sûr le blanchiment des dents, avec une nouvelle technique expérimentale.

Le peroxyde d’hydrogène

Actuellement, la forme la plus commune de blanchiment implique l’application d’un gel de peroxyde d’hydrogène, qui blanchit les dents en volant des électrons des molécules de pigment qui provoquent une décoloration de la surface des dents. En exposant les dents à la lumière bleue, cela peut stimuler la réaction chimique, ce qui accélère considérablement le processus.

Malheureusement, on sait que des concentrations élevées de peroxyde d’hydrogène dégradent l’émail d’une dent, ce qui entraîne une sensibilité accrue ou la mort cellulaire. De plus, une petite quantité de peroxyde d’hydrogène peut être absorbée, durant le processus de blanchiment, causant parfois des troubles digestifs, comme l’altération de la muqueuse de l’estomac, si la concentration dépasse un certain seuil.

Une nouvelle technique basée sur le dioxyde de titane

Dirigée par Xiaolei Wang et Lan Liao, l’équipe de Nanchang s’est plutôt penchée sur des nanoparticules de dioxyde de titane qui ont été modifiées avec un polymère appelé polydopamine. Appliquées uniformément à une dent et en l’irradiant avec une lumière bleue, les nanoparticules produisent un effet blanchissant semblable à celui du peroxyde d’hydrogène, mais elles sont beaucoup moins cytotoxiques (toxiques pour les cellules). Aucun dommage significatif à l’émail n’a été détecté.

En prime, ces nanoparticules ont été capables de tuer certains types de bactéries que l’on retrouve dans la bouche. Il convient de noter que l’exposition à la lumière bleue a duré pendant quatre heures, ce qui est beaucoup plus long qu’un traitement typique au peroxyde d’hydrogène. Mais pour tous ceux qui sont préoccupés par leur hygiène dentaire, cette solution peut s’avérer beaucoup plus intéressante que la plupart des autres traitements qui nous pouvons trouver sur le marché, car elle ne produit aucun des effets secondaires susmentionnés.

Les résultats de cette recherche a été publiés dans ACS Biomaterials Science and Engineering.

Source : American Chemical Society