aeolus-esa-satellite-étude

Après plus de 16 années de développement et un voyage de 12 jours à travers l’océan, le nouveau satellite de surveillance de l’éolienne de l’Agence spatiale européenne sera enfin lancé le mois prochain. Une nouvelle vidéo montre comment le satellite a été construit et suivra le mouvement de l’air, avec un puissant laser.

Surveiller les vents de la Terre

Aeolus est la dernière mission météorologique du programme « Earth Explorers » de l’Agence spatiale européenne (ESA). Selon des responsables de l’agence, la capacité d’Aeolus à mesurer les profils de vent à partir de l’espace comblera une lacune d’observations météorologiques, et contribuera également à accroître la précision des prévisions météorologiques. Le satellite a récemment traversé l’océan Atlantique en Guyane française en Amérique du Sud pendant 12 jours pour se préparer au lancement.

Les missions « Earth Explorers » de l’ESA étudient les interactions entre plusieurs éléments de notre planète: atmosphère, biosphère, cryosphère (régions froides comme les glaciers et le pergélisol), hydrosphère (toutes les régions aquatiques comme les océans, les nappes phréatiques et les nuages) et intérieures. La recherche « Earth Explorer » est particulièrement axée sur la compréhension de l’impact de l’activité humaine sur les processus de la Terre.

Un instrument appelé Aladin

Aeolus est équipé d’un grand instrument appelé Aladin. C’est un instrument lidar Doppler, ce qui signifie que c’est un système de détection qui est configuré comme un radar mais qui utilise un faisceau lumineux plutôt que des ondes radio. Selon un communiqué publié par l’ESA le 7 juillet, le laser d’Aladin est conçu pour mesurer les vents qui se déplacent dans les 30 kilomètres; les plus bas de l’atmosphère terrestre.

Ses instruments sont si délicats, que le satellite a dû voyager par bateau, de Saint-Nazaire, en France, au port de Cayenne en Guyane française; le transport aérien risquait d’endommager les instruments en raison de la repressurisation de l’air qui se produit pendant la descente, ont indiqué les responsables de l’ESA dans le communiqué.

Le lancement se fera en août prochain

Aeolus devrait se lancer dans son orbite de trois ans en août prochain depuis le Centre Spatial Guyanais, en Guyane française. La latitude du site est de 5 degrés 3 minutes au nord, selon l’ESA, ce qui en fait un bon emplacement pour lancer des charges utiles plus lourdes comme Aeolus. La rotation de la Terre agit comme une source supplémentaire de propulsion pour la fusée qui amène le satellite dans l’espace.

Crédit photo et vidéo : ESA