main-robot-apprentissage-automatique

Un enfant de 5 ans peut attacher ses lacets, mais les mains des robots ne sont pas aussi agiles. Cependant, un nouveau système a grandement amélioré leur dextérité. Mais « coder en dur » un robot pour coordonner plusieurs articulations est décourageant et long.

Une forme d’apprentissage automatique améliorée

Les informaticiens se sont donc tournés vers l’apprentissage automatique, un domaine de l’intelligence artificielle (IA) dans lequel les ordinateurs construisent des compétences par eux-mêmes. Un tel apprentissage prend du temps et de la répétition. Certains chercheurs forment plutôt des algorithmes avec des robots virtuels, mais la réalité est toujours légèrement différente de la simulation.

Ce nouveau travail a surmonté cet « écart de réalité » en rendant légèrement aléatoires des éléments de la simulation pendant l’entraînement, tels que la friction et la taille de l’objet. La plupart de ce travail, à la fois en simulation et en réalité, a été réalisé avec un bloc de bois pour les enfants, avec des lettres sur les côtés. Ils ont également donné de la mémoire à court terme au programme, comme la taille exacte du bloc et d’autres facteurs.

La main commerciale Shadow Dexterous

Les chercheurs ont utilisé la Shadow Dexterous Hand commerciale, qui ressemble à une main humaine, attachée à un mur, avec une simulation numérique de la main pour l’entraînement. Dans une formation virtuelle et un test physique pour voir comment l’entraînement a été transféré à la main réelle. La main a été instruite de manipuler un cube dans une série de nouvelles orientations, de sorte que par exemple, le côté avec le A était tourné vers le haut, et le côté avec le P faisait face à l’extérieur. Aucune main de robot n’avait jamais fait quelque chose d’aussi compliqué.

main-robotique

Dans le monde réel, le système « détaille » le cube en utilisant trois caméras placées au-dessus de la main. La main virtuelle, après l’équivalent de 100 ans de pratique d’essai et d’erreur (accélérée durant la simulation), a effectué une moyenne de 30 réorientations consécutives sans se tromper ou laisser tomber le cube.

La main physique a effectué en moyenne 15 réorientations consécutives sans se tromper ni laisser tomber le cube, rapportent les chercheurs Ce système, appelé « Dactyl », a également découvert des trucs humains courants tels que faire tourner le cube entre deux doigts ou profiter de la gravité pour déplacer le bloc.

Cette avancée technologique, pourrait améliorer l’assemblage de composants électroniques délicats, la capacité des soins de santé ou les robots domestiques, pour aider dans une maison, à faire presque tout ce qu’on lui demanderait.

Source et crédit GIF : Science