chine-test-arme-missiles-nucéalires

La Chine a testé avec succès un avion hypersonique vendredi 3 août, capable de lancer des missiles nucléaires dans le monde entier à une vitesse six fois supérieure à celle du son, selon le site d’informations chinoises China Daily.

Une arme pouvant atteindre Mach 6

L’appareil, connu sous le nom de Starry Sky-2, serait capable de voler à une vitesse pouvant atteindre 7 564 km/h et de changer rapidement de direction en plein vol, a indiqué China Daily, ce qui pourrait permettre à la fusée de déjouer les systèmes de défense antimissile existants.

La vidéo du lancement du test Starry Sky-2 (réalisée dans un lieu inconnu du nord-ouest de la Chine) montre le missile lancé dans l’espace sur une fusée à plusieurs étages. L’aéronef s’est ensuite séparé de son lanceur et a continué à voler par ses propres moyens, atteignant une vitesse de Mach-5.5 (cinq fois et demi la vitesse du son) pendant 400 secondes, et atteint une vitesse maximale de Mach 6, soit 7 344 km/h. L’appareil a ensuite effectué plusieurs manœuvres à une altitude d’environ 29 km avant d’atterrir dans une zone cible désignée – une démonstration que les témoins ont qualifié de « grand succès », selon un communiqué cité dans South China Morning Post.

Les «waveriders»

Starry Sky-2, développé par l’Académie d’aérodynamique aérospatiale de Chine à Beijing, est un exemple de véhicule «waverider». Comme leur nom l’indique, les waveriders sont des avions en forme de flèche, conçus pour glisser le long des ondes de pression créées par leur propre portance supersonique, ce qui permet essentiellement à ces appareils de naviguer sur des ondes de choc. Les waveriders sont ainsi en mesure de maintenir des vitesses hypersoniques impressionnantes (de Mach 5 ou plus) tout en effectuant des changements de trajectoires rapides et intermédiaires, ce qui les rend particulièrement difficiles à déjouer pour les systèmes de défense antimissile actuels.

Alors que la technologie est encore loin d’être prête à être utilisée dans un contexte de combat, l’expert militaire chinois Song Zhongping a déclaré au China Times que cet essai réussit permet de mettre la Chine au même niveau que les États-Unis et la Russie pour le développement des systèmes hypersoniques.

D’autres pays

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé en mars que l’armée de son pays travaillait sur une arme hypersonique nommée Avangard, qui, selon lui, pouvait atteindre une vitesse de Mach 20 et pourrait être prête dès 2020.

Les États-Unis, quant à eux, développent également leurs propres armes hypersoniques, y compris un missile hypersonique pouvant être lancé depuis un avion de guerre. La compagnie américaine de défense Lockheed Martin a révélé en juin qu’elle avait obtenu un contrat de près de 100 millions de dollars pour développer le missile pour l’armée de l’air américaine.

Source : South China Morning Post