nouvelle-sorte-de-recherche-vie-planète

Bien que les rovers de la NASA aient cherché des signes de vie en dehors de notre monde, ils n’ont pas cherché directement la vie. Mais Melissa Floyd, une scientifique du Goddard Space Flight Center de la NASA, travaille sur un appareil qui pourrait changer la donne. Elle veut construire un instrument capable de regarder à travers des échantillons de sol et de roches à la recherche d’un autre type de microorganisme unicellulaire appelé archaea.

Chercher archea sur d’autres planètes

On pense que ces microorganismes ont été les premiers à apparaître sur Terre et Floyd a commencé à se demander si peut-être la vie sur les planètes avoisinantes, avait évolué comme elle l’a fait ici. « J’ai eu cette idée, en fait une hypothèse majeure: et si la vie évoluait sur Mars de la même manière que sur Terre. Mars a été bombardée avec la même soupe chimique que la Terre », a déclaré Floyd dans un communiqué.

Mais chercher directement la vie sur une autre planète n’est pas chose facile, et le principal défi consiste à développer un appareil et un protocole capables de reproduire efficacement ce que font les scientifiques sur Terre. Floyd croit qu’une technique appelée « hybridation in situ en fluorescence » est la meilleure option pour ce projet et elle travaille à l’automatisation de ce processus.

Lorsqu’un scientifique utilise cette technique particulière, il doit mettre un échantillon sur une lame, traiter les cellules de cet échantillon pour les rendre perméables, ajouter une sonde moléculaire qui s’attachera à certaines séquences d’ADN ou d’ARN dans la cellule d’un microorganisme et ensuite les regarder sous un microscope – et ce ne sont là que les principales étapes – il y en a plusieurs autres dans ce processus. « J’essaie de déterminer si je peux faire la même chose avec un robot », a déclaré Floyd.

Un outil puissant pour trouver la vie

Si un tel robot peut être conçu, la NASA pourrait alors le lancer seul ou dans le cadre d’un rover vers une autre planète ou lune de notre système solaire. Cela peut sembler un défi de taille, mais cela pourrait donner aux scientifiques un autre puissant outil pour rechercher la vie extraterrestre. Floyd note que son hypothèse sur la façon dont la vie se serait formée ailleurs dans notre système solaire pourrait être erronée. « Mais comment savons-nous », a-t-elle demandé. « Nous n’avons jamais regardé. »

Cette nouvelle approche pourrait étendre la façon dont de futures explorations spatiales, rechercheront la vie sur d’autres planètes, en association avec les technologies actuelles.

Source : NASA