télescope-géant-Magellan

Le télescope géant Magellan est maintenant entré dans la phase «d’excavation du roc», qui ouvrira la voie aux fondations de l’immense structure, ont annoncé mardi les leaders du projet d’un milliard de dollars. L’entreprise de construction Minería y Montajes Conpax (connue sous le nom de Conpax) exécute les travaux sur le site du projet du télescope, qui fait partie de l’observatoire Las Campanas dans le nord du Chili, ont indiqué des représentants de l’entreprise.

Le télescope Magellan sera opérationnel en 2024

Le forage hydraulique et le martelage du site devraient durer cinq mois. Les fondations qui seront déversées après cela soutiendront le poids du télescope, estimé à environ 1 600 tonnes, selon une déclaration de GMTO. Le télescope devrait être opérationnel en 2024. « Au total, nous prévoyons de retirer 5 000 mètres cubes de roches de la montagne et nous aurons besoin de 330 camions pour les enlever du sommet », a déclaré James Fanson, directeur du projet GMTO.

Les travaux de terrassement qui viennent d’être lancés iront jusqu’à 7 mètres dans la roche de Las Campanas, ont déclaré des représentants de GMTO. Quand tout cela sera terminé, GMT disposera de sept miroirs principaux qui, ensemble, auront une surface de collecte de lumière de 25 mètres de largeur. Ces miroirs seront soutenus par une structure en acier, qui sera placée sur la jetée en béton que les fouilles actuelles de Conpax sont en train de préparer.

Des découvertes révolutionnaires

Las Campanas se trouve sous un ciel très sombre et clair, ce qui offre des vues exceptionnelles sur l’univers. Les membres de l’équipe GMT pensent que cet emplacement, associé à la technologie du télescope, permettra aux astronomes de faire des découvertes révolutionnaires dans divers domaines, allant de la cosmologie et de l’astrophysique, à l’astrobiologie.

« Les miroirs GMT collecteront plus de lumière que tout autre télescope jamais construit, et la résolution sera la meilleure jamais réalisée », ont écrit les membres de l’équipe du projet sur le site Web de GMT.

« Cette capacité et résolution de collecte de lumière sans précédent aideront à résoudre de nombreuses autres questions fascinantes dans l’astronomie du 21ème siècle », ont ajouté les membres de l’équipe. « Comment les premières galaxies se sont-elles formées ? Qu’est-ce que la matière noire et l’énergie noire qui constituent la majeure partie de notre univers ? Comment la matière stellaire du Big Bang s’est-elle transformée en ce que nous voyons aujourd’hui ?

D’où vient son nom ?

Le GMT doit son nom à Fernand de Magellan, le navigateur portugais dont les voyages ont élargi notre compréhension des océans Atlantique et Pacifique. Selon une vidéo du GMT de 2013, le projet explorera de manière similaire les « mers inexplorées » de l’espace.

Source : Space